Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 07:08
Oui, effectivement, je viens de relire mon article "Bon année" en me disant "ah ben si, petite tête, tu vois bien que t'as écrit quelque chose".
En fait non, le bon année a été écrit en 2009.

Bon, ben bons souvenirs de 2009 et bonne année 2010 à toutes et à tous!

Résolutions 2010: Non, ne rêvez pas, je ne m'engage plus à rien, comme ça je tiens toutes mes non-résolutions!
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 02:17
Comme le veut la coutume (et aussi parce que je suis poli et que comme ça je me considère comme non tenu à envoyer un mail personnalisé à toute ma liste de contacts... qui a dit feignasse??), j'écris cet article en ce mois de janvier pour vous souhaiter, à toutes et à tous, lecteurs et lectrices (enfin, devrais-je mettre tout ça au singulier???), une bonne année!

Ce blog s'est caractérisé par un retard constant dans la rédaction des articles! Ils sont tous en retard de pratiquement un an, et ma résolution pour cette année sera de ramener ce retard à moins d'un an (ha ha ha!)

En attendant, et j'y suis bien obligé, je vous souhaite une fois encore:

BONNE ANNEE 2008

(ben oui, j'ai dit que j'avais un an de retard là encore! vous aurez la bonne année 2009 plus tard, voilà!!)



Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 04:24
Je ne sais jamais comment le dire, et on m'a indiqué cet article qui décrit ça extrêment bien.
Et je garantis que vu de l'intérieur, je donne 100% raison à cet auteur!

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2008/12/04/pour-la-chine-la-france-est-le-maillon-faible-de-l-europe_1127070_3216.html

On ne parle effectivement jamais dans les journaux d'aucun autre chef d'état ou pays qui se montrerait amical avec le Dalaï-Lama. Par contre, la France, on a droit à un festival sur CCTV (la télé nationale chinoise) à chaque fois!
En espérant que nos politiques se réveillent...
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 06:45
Ca fait quelques mois que j'aurais dû écrire cet article, mais bon, hein! On va pas revenir là-dessus!

Pour ceux qui auraient raté le premier épisode, c'est par là: Permis de conduire, épisode 1.

Alors voilà, suite à mon précédent échec, et dans l'incapacité d'apprendre par coeur un bouquin de 1000 questions/réponses écrit exclusivement en caractères Chinois dans des délais raisonnables, je commençais à désespérer de pouvoir passer mon permis à Wuxi un jour (je précise Wuxi parce que dans toute autre ville un tant soi peu développée, les solutions pour étrangers sont crédibles...).

C'est alors qu'est apparue une opportunité comme on n'en trouve pas chez nous: quelqu'un m'a dit qu'il connaissait quelqu'une qui connaissait un policier qui travaille au bureau qui gère les permis de conduire, et non seulement cette quelqu'une a généreusement aidé le quelqu'un (étranger également) à passer son permis, mais en plus elle est disposée à m'aider à passer le mien.
(Oui, je sais, ça a l'air d'être un peu le bordel comme ça, mais en fait c'est... le bordel...)
Vous noterez également que j'évite de dire qui sont les quelqu'un quelqu'une et policier impliqué dans cette affaire, faudrait qu'ils aient un jour des soucis à cause de moi n'est-ce pas?
Notez tout de même que quelqu'un et quelqu'une ne sont pas proches l'un de l'autre, ce qui fait que quelqu'une est vraiment très sympa, des gens sympas comme on en voit peu ici. Enfin bref!

Mode d'emploi:
Nouveau rendez-vous pris pour passer ce fameux (put...) d'examen de code.

On s'y rend donc à deux, moi et quelqu'une. Tout d'abord petit passage par un petit bâtiment à côté du grand où on passe le permis, pour aller voir un policier dans une petite pièce (isolée!!).
Ca discute, ça papote, le courant passe (enfin, dans ces cas là le courant passe toujours, ceux qui n'auront pas compris pourquoi le sauront à la fin).
Ensuite, on peut aller repasser le code devant le même ordinateur avec les mêmes gens autour.

Sauf que cette fois-ci on ne me force pas à le rater dans une autre langue avant de le tenter en Chinois avec "mon interprête".
Cette fois c'est beaucoup plus simple, ils ont probablement adapté le code, parce que toutes ces questions pleines de caractères ésotériques se traduisent pas "yes", "no", "a", "b", ou "c".

Environ 20minutes plus tard (on a 45min pour 100 questions, je rappelle!), on revient un peu en arrière parce que mon interprête a un doute sur sa traduction, et pour vérifier, elle sort le bouquin de code sur ses genoux parce que finalement deux ou trois traductions étaient approximatives.

25min au total: je presse la touche "Validation finale" (bon elle s'appelle pas comme ça en vrai, même dans la version française elle doit avoir un nom débile, je ne me souviens plus), et là le score est accablant:
98/100! Même pas 100! On aurait dû relire toutes les questions!!!

Meuh non! 98 c'est génial! Il faut 90/100 pour passer!!

Grand sourire, il ne reste plus qu'à faire la queue à deux guichets différents pour signer environ 15000 papiers et obtenir le magnifique permis: victoire!!
A noter que le permis a un format carte de crédit et qu'il est livré dans une pochette en cuir (enfin, c'est peut-être pas du "vrai" cuir, mais avec ça ça tiendra autrement plus longtemps qu'un bout de carton rose...).

Nous pouvons donc ressortir joyeusement du bâtiment et retourner voir le policier qui nous accueille dehors dans le petit bâtiment à côté (en fait je ne sais pas à quoi il sert ce bâtiment, à part à faire faire des tonnes de photocopies aux gens qui font des allers-retours entre les deux bâtiments: je le sais je l'ai fait en m'inscrivant, ça aurait été si compliqué que ça de mettre la photocopieuse à proximité des guichets??).

Là, forcément, il y a un petit tour de passe-passe, puisque quelqu'une doit lui transmettre quelques petits bouts de papiers très courants en Chine sur lesquels il est écrit "100" avec de jolis dessins et filigranes. (je rassure maman: non, pas beaucoup de petits bouts de papier, on ne peut vraiment pas dire que j'en ai plus d'autres à la maison...)
Il tente bien de refuser, parce que ça ne se fait pas voyons, mais il avait certainement une crampe au bras, ce qui ne lui a pas permis d'empêcher quelqu'une de glisser les petits bouts de papier discrètement dans sa poche.

Vous comprenez pourquoi le courant passait bien toute à l'heure? Je pense que j'aurais pu être con et arrogant et le courant serait passé quand même. Là je me suis contenté de pas être assez bon pour suivre la conversation en Chinois en détail et donc fermer ma gu... et c'est passé très bien!

Mais ce n'est pas tout: quelqu'une refuse que nous l'invitions à manger pour la remercier. Ce jour-là elle n'avait pas le temps, et quand nous l'avons recontactée plus tard, elle a poliment décliné également.

D'après quelqu'un elle fait ça un peu pour s'occuper, un peu parce qu'elle nous trouve sympa.
Y'a pas à dire, des gens comme ça ça se fait de plus en plus rare!

Enfin, maintenant vous avez la réponse: J'ai mon permis!!

Je peux donc conduire comme un malade partout en vociférant à cause des quelques (en fait non, ils sont très très nombreux) chinois qui conduisent excessivement mal.

En vrai je conduis pas comme un malade. Mais par contre, oui, je m'énerve contre les Chinois qui conduisent très mal, et je m'énerve assez souvent en voiture. A se demander s'ils ne l'auraient pas acheté leur permis des fois!!

Un jour j'essaierai quand même de faire cette vidéo de mon trajet depuis chez moi jusqu'à la boîte, mais je ne sais pas encore quand ni comment.

En attendant, je vous souhaite bonne route!
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 05:02
Bon, comme annoncé, la connexion internet est de nouveau fonctionnelle, alors on va essayer de garder un rythme plus soutenu: voici le quatrième et dernier épisode de notre sage "Mariage traditionnel chinois".

Pour ceux qui ont raté le début: allez voir les Partie 1, Partie 2, et  Partie 3, ce blog n'a pas vocation à être pratique à l'usage :P

Nous voilà donc arrivés à destination, moi, ma belle, et beaucoup trop de monde (y compris ma famille et des amis, tout de même), après un périple à travers la ville de Sanmenxia.



La cérémonie/repas (oui, tant qu'à faire, autant tout faire au même endroit ça simplifie la logistique, pas qu'on ait tellement voulu la simplifier jusque là mais y'a bien un moment où il faut que ça s'arrête!!) a lieu dans un hôtel, doté, comme ça tombe bien, d'une grande salle.

D'abord, il faut que tous les invités aillent se mettre à leur place, les futurs mariés doivent rentrer à la fin. Et là forcément c'est un peu long, parce qu'il y a tout de même 50 tables... de 10! Oui, 500 personnes (même les salons VIP sont réservés, TOUT LE RESTO EST RESERVE!).

Alors en attendant, on attend dans le couloir! Notez que forcément, mademoiselle-future-madame a toujours son voile rouge sur la tête!



Enfin, on peut faire une entrée triomphale (dans le sens où on ne s'est pas cassé la gueule sur le chemin, ce qui n'est pas si mal, n'est-ce pas?).

Alors suivant la tradition, le futur marié, qui tient toujours sa promise avec une corde rouge attachée à sa taille, doit la faire sauter au-dessus d'un feu.

Comme je ne voulais pas être veuf administratif avant le début de la cérémonie, le feu était artificiel (d'ailleurs vous pouvez tout de même considérer qu'elle est virtuellement brûlée, parce que de toute façon entre les tables elle n'avait aucune chance de courir et encore moins de sauter!!)



Et arrivée devant tout le monde, il y a bien sûr une estrade, un maître de cérémonie stressé, et la famille au premier rang bien entendu:



Sur cette photo, vous pouvez également plus ou moins deviner la densité de population derrière!

La cérémonie elle-même, j'avoue que je ne l'ai pas entièrement comprise: on fait beaucoup de salut à tout le monde: au mur en face, aux parents, grands-parents, entre nous, etc.
J'ai oublié le déroulement chronologique précis (mais ce n'est pas très grave, parce que le maître de cérémonie n'a déjà pas suivi celui qu'il nous avait expliqué la veille en présence d'un consortium d'amis de mon beau-père qui se trouvent être tous plus ou moins experts dans un truc que plus personne ne fait depuis 50 ans, et il y avait eu débat... enfin!).
Il y a eu donc des saluts (3 à la fois, hein! c'est toujours 3 saluts de suite à la fois, c'est comme ça).



Ensuite, la mariée a enfin été délivrée de son voile (je pense que c'est à partir de ce moment qu'elle a des souvenirs du mariage autres que "il fait super chaud là-dedans" et "c'est tout rouge ici!?").

En fait, ça a pris un peu de temps, parce qu'elle a une couronne incroyablement compliquée sur la tête, et évidemment doté de mes deux mains gauches et d'une baguette, j'ai réussi à coincer le voile dans les branches de la couronne, mais avec un peu de patience et de témoin de mariage, on y arrive!



Ensuite encore de l'action!



S'ensuit des discours que les parents doivent faire.
Celui de mon beau-père est impeccable et bien préparé (il a fait pas mal de politique dans sa carrière, on sent l'habitude).
Celui de mon père était bien préparé également, mais comme l'assistance parle plutôt mal le français, la future épouse avait également préparé une traduction qu'elle avait transmise au maître de cérémonie (celui qui est stressé).
Un grand moment dans l'histoire des interprêtes, puisque notre malheureux traducteur est totalement incapable de retrouver à quel endroit en est mon père dans le texte quand ce dernier marque une pause pour le laisser traduire. Ca se sent pas mal pendant le discours (des phrases courtes traduites en plusieurs phrases très longues au début, et puis à la fin, trois mots pour traduire un paragraphe complet, le public se demandait si c'était fini ou s'il y avait eu comme un problème...).

Enfin: il était très bien ton discours, papa!! (vous notez l'attitude de ma mère derrière qui semble-t-il, a bien noté le petit problème de synchronisation...).


Ensuite, on continue la cérémonie avec une petite rasade:



Et la cérémonie se termine! (Bon là j'ai simplifié hein!).

Je peux enfin emmener ma femme!

Arrivé dehors, nous pouvons retirer nos élégants couvre-chefs qui nous ont permis de porter la température de nos crânes respectifs au-delà des limites du raisonnable toute la matinée...


Bon, là, après, on se change, et on peut rejoindre les convives au repas.

Au repas?! Non, pas pour nous! Nous nous devons aller saluer tous les convives (et normalement pour le marié boire un petit verre d'alcool blanc cul-sec avec eux, donc à priori 50 petits verres sachant que nous n'avons toujours pas mangé et que l'alcool blanc c'est à environ 50°, mais on tolère que le verre ne soit pas bu cul-sec pour que le marié survive à son mariage, et nous on a carrément triché parce que j'ai finalement bu moins de deux verres au total, vu que les invités ne me connaissaient pas, ils ont pas trop regardé :D).

Une petite photo quand même:



et voilà, ça multiplié par 50...

Mon beau-père, lui, il a bu aux 50 tables et il allait toujours bien après, donc pour tous ceux en France qui pensait que je lui mettrait une cuite un jour: c'est pas gagné!!
Par contre vous pouvez jeter un oeil à la table pour avoir une idée de la diversité des plats. Bon là forcément il n'y a pas tout.

Les mariages en Chine par contre se finissent très tôt: après la cérémonie, les gens attaquent le repas et rentrent rapidement après. Si bien que les derniers que nous avons salués étaient déjà sur le départ quand on est allé les voir!

Nous n'avons donc quasiment pas mangé...
On est allé rejoindre la table des amis de ma femme (pour certains qu'elle n'avait pas revu depuis de nombreuses années et qui avaient fait du chemin pour venir, et "du chemin pour venir", ça n'a pas la même signification en Chine et en France!).

Moi je ne me suis pas trop éternisé après parce que j'était franchement crevé (rappelle que j'avais eu une grosse journée transport la veille, et qu'on ne s'était pas vraiment reposé en arrivant -repas avec les potes de mon beau-père le soir- et levé tôt le matin).

On a quand même fait la traditionnelle série de photos dehors (non, pas traditionnel chinois, traditionnel tout court, là)

Là forcément je mets celle avec la famille (y'avait aussi plein de photos avec les amis du père de Dixin, et très franchement si dans le tas il y en avait eu une avec "un gars que personne ne connaît", on ne s'en serait sûrement pas rendu compte...).



Et voilà!

Ce sera tout pour cette série sur notre mariage traditionnel!

J'espère que ça vous a plu! J'ai beaucoup plus de photos en stock mais évidemment je ne peux pas tout mettre ici!
On a également une vidéo en DVD, mais elle fait plus d'une heure et le fichier est gigantesque. Peut-être que j'essaierai de compresser ça un de ces quatre pour le mettre en ligne, y'a en plus la musique et les paroles, ça met plus dans l'ambiance.
Les lecteurs qui ont également été présents à notre mariage en France ont peut-être pu le voir sur la télé.

Moi je vous dit à bientôt, justement, pour un article sur le mariage traditionnel en France (oui, tout de même, j'y suis aussi de temps en temps).

Mais pour l'instant, je vous dis au revoir!


Partager cet article
Repost0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 13:40
LE RETOUR DU R... euh... DE MOI!

Alors? Je vous ai manqué?
Où en étions-nous?
Ah oui! On vient de faire monter la belle dans sa chaise à porteurs, et je suis remonté sur mon destrier d'1m20 au garrot...



Ah, et oui! Vous vous demandiez bien ce que c'était que ce sachet?
Et bien c'est... un sachet de bonbons!
Et oui, sur le chemin du retour, pour fêter l'évènement, je balance des bonbons aux gens dans la rue (et ça ramène du monde...)



Surtout qu'au retour on a fait un trajet un peu plus long, et que la matinée avançant, les rues se sont un peu plus remplies (enfin on n'en est pas aux gros bouchons non plus hein!)


Et évidemment on n'est pas passés par le centre-ville (là je crois qu'on paralysait la ville pour la journée, et qu'accessoirement on ratait notre mariage...)



Le retour a toutefois été plus long que l'aller! On a fait un détour parce que c'était joli! Voilà! Demandez à ma soeur, le retour a été plus long d'environ 4 ampoules au pied que l'aller...

Cependant, nous avons fait quelques pauses pour reposer un peu les pieds des malheureux n'appartenant pas à la noblesse montée (euh ,tout le monde sauf moi :P)

Sauf que finalement c'était pas pour se reposer...


C'était une pause dansante!

Vous vous souvenez des mamies en rouge qu'on voit dans la Partie 2? Et bien elles ont continué à danser pendant la pause, et ne se sont pas vraiment arrêtées jusqu'à l'arrivée!

Donc forcément ma soeur a gagné quelques ampoules supplémentaires, mais avec le sourire, et mon beau-frère a fait une démonstration de danse inoubliable:



Une fois que les surviv compagnons de route toujours en forme ont été bien fatigués, nous avons repris notre marche!

Arrivés à bon port, il reste une étape importante: le futur marié doit marquer sa "possession" en tirant une flèche sur la chaise à porteur.
Je ne sais pas combien de fiancées ont ainsi péri à cause d'accidents dans l'histoire de la Chine, mais je sais que pour moi ils avaient vachement confiance:
Arc en plastique et corde en ruban, flèche du même calibre...


En même temps, j'avais vachement confiance aussi, puisque au premier essai, j'ai tendu l'arc tellement fort que la flèche est tombée à mes pieds, et la deuxième, elle a atterri 20cm plus loin.
Après ça, certain que cette flèche ne percerait pas l'aile d'une mouche famélique, j'ai réussi (quel moment de gloire... sic!).

Et on peut enfin faire sortir la belle, toujours couverte de son voile rouge qui lui permet de rater complètement le spectacle!


Vous noterez la ceinture qu'elle porte autour de la taille et qui finit par un ruban: c'est moi qui le tient.
Ca permet de s'assurer qu'elle est bien sage et pour l'empêcher de se barrer au cas où elle changerait d'avis.




Mais non, mesdames, mesdemoiselles, ne soyez pas choquées!! (et messieurs arrêtez de sourire comme ça) Ca permet surtout de lui indiquer la route sans devoir crier pour couvrir la foule! Surtout qu'après la quantité impressionante de pétards utilisés, certains devaient avoir des problèmes d'audition, n'est-ce pas madame?


Bon, j'avais prévu de couvrir le mariage en 3 articles, finalement il en fera 4, vu le nombre de photos à charger, je ne voudrais pas que vous passiez la moitié de votre journée à charger la page et l'autre à la lire, c'est mauvais pour la croissance économique!!

Au moins maintenant vous savez que l'accès internet est revenu à un niveau de vitesse normal (depuis le bureau... oups! grillé!).
Je devrais donc pouvoir reprendre mes rédactions un peu plus régulièrement (mais pas si vite que ça parce que mes pauses midi ne sont pas extensibles sur plusieurs heures :D).

Alors à très bientôt pour la suite, promis!
Partager cet article
Repost0
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 02:34
Après avoir encore reçu un commentaire agressif consécutif à l'article "J'ai mangé du *****", ****** étant mis pour chien, j'ai décidé de fermer les commentaires sur cet article. (Et ce n'est même pas la peine de recommencer à vomir sur celui-ci, cette fois je supprimerai directement les commentaires!)

Ce blog est MON blog, sur MA vie en Chine, pas l'espace "nostalgie colonies françaises: ramenons tous ces barbares dans le droit chemin, le nôtre!", et vous aurez probablement remarqué qu'on n'atterrit pas non plus ici en tapant  "je-hais-les-chinois.com", libre à vous, ceux qui postez des messages d'insultes et de haine, de créer vos propres sites si vous en avez le courage (ce dont je doute fortement)! Ca évitera de polluer les autres.

J'ajoute qu'il existe en France une loi contre l'incitation à la haine raciale et les appels aux meurtres, certains commentaires tombent particulièrement bien dans cette catégorie, à leurs auteurs: estimez-vous heureux que je ne balance pas les adresses IP et les dates de publication, histoire qu'on vous retrouve!

J'en profite pour vous faire part de quelques statistiques:

- L'article le plus lu est inconstestablement celui mentionné ci-dessus: 110 visites ces 30 derniers jours alors qu'il est là depuis un bon moment. Le second article le plus lu ces 30 derniers jours porte sur la visite de l'université de Pékin: 31 visites! Ca en dit long sur la curiosité des auteurs de commentaires mal lunés: ils ne lisent que celui-là.

- Les visiteurs de cet article proviennent majoritairement de google, et d'un forum:

http://www.protection-des-animaux.org/ipb/index.php?showtopic=25662

Les mots-clés utilisés sur Google sont à mes yeux représentatifs de ce que les énergumènes qui m'ont poussé à écrire le présent article sont venus chercher. En voici un échantillon:

chinois mange fetus
chinois qui pue
luter contre les chini qui mnge les chat et chien
chinoise ki mange de la merde
chien maltraitance chine
\chinois mangent chaire humaine\
chair humaine des morts mangée chez les chinois
mangeur de foetus humain

Outre le fait que des professeurs de Français vont se suicider en voyant le niveau d'orthographe catastrophique de certains, il me paraît évident que ces recherches sont clairement orientées. Avec un tel parti pris je ne m'étonne plus des commentaires postés sur cet article, QUI RESTERA EN LIGNE!

Pour les défenseurs d'une certaine image de la civilisation, rassurez-vous: j'ai seulement cité le pire! Je remercie les auteurs de commentaires plus réfléchis venus équilibrer la balance sur cet article, ainsi que tous les auteurs de commentaires en général

On a le droit de ne pas être d'accord et de l'exprimer... à condition de rester correct et poli, et de préférence en écrivant Français et pas SMS-kikoolol-j'ai-0-de-moyenne-en-dictée.

C'était ma mise au point!
Bonne journée à toutes et à tous.
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 13:44
Entre mes articles sur le mariage
(soit-dit en passant: oui, ça vient, mais là je n'arrive toujours pas à envoyer les photos sur le serveur: c'est tellement lent que ça n'arrive pas!)

Je vous propose un petit interlude poétique...
C'est bête mais j'ai bien apprécié! Ma femme vous dirait que c'est mon côté artistique!

Hum...

Dès que j'arrive à charger les photos, je me mets à la troisième partie du mariage!

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 13:38
Après cette préparation et ce voyage palpitant, nous reprenons le récit (épique s'il en est) de notre mariage suivant les anciennes traditions chinoises!

Résumé de l'épisode précédent


Après m'être préparé depuis "ma" place, nous avons parcouru plaines et montagnes (enfin, on a plutôt fait 4km à pied à travers la ville avec un cortège de 500m de long lui-même).
Nous arrivons donc enfin à destination: la demeure de ma future épouse!

Arrivée discrète

Non, vous l'aurez compris, les Chinois ne sont pas spécialement discrets dans la vie de tous les jours, et encore moins pour ce genre de circonstances.
C'est donc avec le cortège, les danseuses traditionnelles (non les mecs, arrêtez de fantasmer, c'est pas les films à la télé où les danseuses traditionnelles ont 20ans et portent un bikini traditionnel, elles avaient toutes la soixantaine passée voire beaucoup plus parce qu'il n'y a plus qu'elles qui s'intéressent à ça, et les danses ne sont pas tellement sexy).


Mais c'est sympa!
Et surtout, elle tiennent la forme: il faisait une chaleur épouvantable, elles ont tenu l'aller-retour, toujours en dansant!

Nous pouvons enfin gravir les escaliers du donjon


Enfin euh... les escaliers de l'immeuble, quoi!

Nous pénétrons dans la demeure de la demoiselle!

Arrivée en haut, forcément, je suis accueilli par mon futur beau-père et une partie de la belle-famille (une partie seulement sinon ça ne rentre plus. A noter aussi que bien sûr, le cortège reste dehors, sinon il aurait fallu grand comme Versailles et toute façon le cheval a refusé de monter l'escalier...

Alors, bonjour futur beau-papa!


Alors va falloir s'habituer, hein, on va saluer 3 fois comme pour mes parents:


Ensuite, l'organisateur (vous savez, le type en bleu qui est partout! En fait c'est l'organisateur!) m'annonce gentiment que c'est le moment de faire à mon beau-père un discours...
"UN DISCOURS!?!? EN CHINOIS???"

"-Oups! J'ai peut-être oublié de te le dire?"

Je me suis donc lancé dans un discours totalement improvisé en Chinois, en essayant d'être clair et de ne pas paniquer.
Mon beau-père a apprécié mes efforts, puisqu'il a attendu un moment avant de dire à mon épouse qu'il n'avait strictement rien compris à ce que j'essayais de baragouiner lamentablement, et parce qu'il m'a ensuite autorisé à faire mon discours "virtuel" à ma belle-mère (elle est dédécée il y a environ 12-13ans) en Français, pour arrêter le massacre.
Hum...

Et la mariée dans tout ça, me direz-vous?
Et bien la mariée est dans sa chambre, fermée, avec un comité restreint autour d'elle, et je n'ai pas le droit d'y aller comme ça qu'est-ce que vous croyez!
Elle est prête bien sûr (enfin, elle est prête comme d'habitude):


Mais c'est pas grave, en attendant, voilà que la grand-mère de la mariée arrive, je vais pouvoir lui faire des saluts et un discours pire que le premier:


Elle n'a évidemment pas mieux compris que mon beau-père, alors elle m'a tendu une grande perche en me demandant si je trouvais que ma fiancée était belle, ce à quoi j'ai répondu oui, et l'organisateur de me souffler que "ça fera l'affaire".

Et bon, mais c'est pas tout ça, mais moi j'étais venu quérir épouse tout de même!

Comme je disais, on ne rentre pas si facilement dans la chambre de la future mariée pour venir la chercher.
Il y a une petite ribambelle de sales gos... euh... de petits cousins et cousines de la famille qui gardent l'entrée (depuis l'intérieur, pour éviter les baffes).

La tradition veut qu'ils me posent des questions, enigmes, etc. auxquelles je dois répondre correctement.
Comme je n'avais aucune chance de ne serait-ce que comprendre le début du commencement du contexte des questions, ils m'ont proposé de chanter à la place.
Euh... je chante pas spécialement super bien, mais ils auraient pu au moins ne pas faire de commentaire, les p'tits monstres!!

Passée cette épreuve (oui, on va dire que je l'ai passée), vient le moment du racket, où je dois leur donner des enveloppes rouges (enveloppes contenant un peu d'argent) quand ils entrouvrent la porte, pour les soudoy leur prouver ma bonne foi.

Enfin, après beaucoup beaucoup de patiences, ils me laissent entrer!

TADAAAAAAAAAAM:



bon, bien sûr, toujours à grand renforts d'enveloppes rouges hein...

On recommeinche! Saluts! (mais pas de discours ce coup-ci, après tout il ne s'agit que de la future épouse, c'est pas comme si c'était important de la satisfaire, elle...)

Je passe la photo pour éviter de surcharger un article qui va déjà se faire sentir chez les connexions internet un peu lentes.

Surprise: elle a pas de chaussures!

Ah ben oui, c'est la dernière des blagues des chérubins: ils ont planqué les chaussures dans la pièce, et c'est à moi de les retrouver, pour leur plus grand bonheur (et ouai, je sais, je suis à quatre pattes sous le lit, pourquoi, Y'A RIEN SOUS LE LIT??).

Mais je finis par trouver les deux sésames (cachées séparément pour faire durer le plaisir)


Bon, là ensuite j'ai encore une fois l'air un peu con, parce que je ne sais pas les attacher à ses pieds tout seul...


M'enfin on va y arriver hein! Vais pas me laisser em... par une paire de godasses maintenant!!

Voilà! Elle peut se lever!
Vient le moment tant attendu où nous sommes censés nous donner l'un à l'autre un ravioli chinois (non, me demandez pas pourquoi, mais là je commençais à soupçonner un bizuthage avec les baguettes et les raviolis cuits à l'eau, ceux qui glissent bien, pas faciles à choper avec des baguettes!)
Viens-là que j'en foute partout sur ta belle robe!
Naaaan! J'déconne! J'ai réussi à faire ça correctement!



Après cette pause petit-déjeuner (UN ravioli...) on peut sortir de la chambre et aller... saluer beau-papa (y'avait longtemps)



Et c'est lui qui fait un petit speech (j'ai rien compris non plus! bien fait!!)

Alors là une étape importante: ceci était pour venir chercher la future mariée, mais on ne va quand même pas l'exposer comme ça devant tout le monde avant la fin de la cérémonie non plus!

On va donc lui flanquer un voile au-dessus de sa couronne (appelons-ça une couronne, voulez-vous?)


Voiiiilà!

ON PEUT Y ALLER!!

Alors elle on va la faire monter dans cette charmante chaise à porteurs que vous avez certainement vue dans le précédent article, qui a la particularité d'être suffisamment opaque pour qu'elle ne voit absolument rien de tout ce qui va se passer au retour, mais qui présente aussi l'intérêt d'être un sauna assez efficace, ce qui sera apprécié étant donne qu'il doit faire 34-36° dehors...



Et moi je vais retrouver mon cheval (enfin, vue de ma fenêtre c'est un poney, mais tout le monde m'a certifié que pour les Chinois, c'est un cheval, et ce d'autant plus qu'ils n'ont pas de mot pour faire la différence...)

En route, compagnon! Une longue route nous attend et avec cette chaleur, vous allez tous morfler pendant que je me ferai porter!


Héhéééé! Mais qu'est-ce donc que j'ai donc dans les mains? Un sacheeeeeet!
Vous voulez savoir ce que c'est?

Et bien pour le savoir, retrouvez-nous dans la troisième partie de ce mariage traditionnel chinois!
(Hein? Oui oui, je vais l'écrire bientôt, sous réserve de [voir PS de la première partie!!])

à bientôt!
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 15:34
Bon, après un peu de retard (hé! ça va! un an à tout casser!!), voici l'article sur mon mariage traditionnel en Chine, photos à l'appui!

Contexte: Pour le fun, et pour bien faire les choses, nous avons suivi la tradition chinoise, qui se perd beaucoup. Les chinois font plutôt maintenant des mariages occidentaux, avec robe de mariée blanche et compagnie.

Mais bon, on s'adapte à la Chine, ou pas!

Le mariage a eu lieu dans le Henan, province natale de ma femme (enfin, ma fiancée à l'époque hein, forcément!), dans la ville de Sanmenxia (prononcez à peu près Sane Meune Chia, ça devrait passer).
Il faut vous dire qu'un tel mariage n'a probablement pas eu lieu depuis 50ans dans la ville, ce qui veut dire que la plupart des gens n'ont jamais vu ça de leur vie, et ceux qui savent à quoi ça ressemble ont peut-être oublié un peu les détails, mais qu'importe!

Commençons par le commencement: Je suis à l'hôtel, qui symbolise en fait ma maison, et je dois me préparer pour aller quérir ma bienaimée chez elle.

HABILLAGE!


Il manque la touche finale, qui fait tout!



Et voilà!
Mes parents et ma soeur ont visiblement apprécié


Bon, maintenant qu'on est prêt, on peut commencer le cérémonial!

Il s'agit donc pour moi de faire un discours à mes parents pour les remercier de m'avoir donner une bonne éducation et les conditions nécessaires pour aller quérir ma bien-aimée.
C'est un discours un peu symbolique qui marque aussi la fin du Tanguy à la maison, puisque Tanguy va devenir un homme marié!
Tout cela est précédé de trois saluts:



Je ne sais plus trop si j'ai bien parlé (faut dire qu'on nous avait expliqué la veille comment ça se passerait, et personne ne m'a jamais parlé de discours, c'est donc totalement improvisé!!)
M'enfin, ils ont quand même suivi:


Voilà!

On peut commencer "le voyage".
Là ça consiste à traverser la ville.
Dites-vous qu'à une certaine époque lointaine, il fallait traverser tout le pays...

Enfin, pas si petite la ville! Pour l'anecdote, la veille au soir, lors de la "formation accélérée au mariés", j'ai également dû demander à ma soeur et une copine venue assister au mariage si elles voulaient bien servir de "témoin" ou "escorte" ou je ne sais pas trop quoi: ça consiste à m'accompagner à pied pendant que je suis à cheval... sauf qu'on leur a dit que c'était à 5min à pied, et en fait, c'est un peu plus loin...

LE VOYAGE

Le voyage se fait à cheval, accompagné d'une troupe dont la taille est censée refléter l'importance du futur marié. Inutile de dire qu'en pratique, on essaie de la faire la plus grosse possible.
Et bien mon beau-père (qui a pratiquement géré toute l'organisation), qui connaît du monde dans cette ville (il y a quand même travaillé comme gestionnaire de la répartition eau-électricité du barrage de la rivière jaune pendant un certain temps), n'a pas fait dans la dentelle, comme vous allez le voir.

Mais avant tout, à cheval!!



L'est-ti pas beau le p'tit ch'val?

Ensuite, bien sûr, la voiture pour la mariée (ben ouai, je vais la chercher, elle va pas faire le trajet retour à pied hein!)


Et le "reste" du convoi.
Vous n'avez aucune chance de le voir en entier, il aurait fallu faire une photo aérienne!



et là encore vous ne voyez pas mais il y a une troupe de musicien devant...

et derrière, c'est long!


avec costumes traditionnels et personnages du folklore chinois

mais ça c'est juste un petit bout aussi, hein, sinon je peux vous montrer ça:


alors la colonne de voiture derrière aussi, elle fait partie du convoi! Mais en fait je ne l'ai presque pas vue durant le trajet tellement elle était loin derrière! Je m'en suis rendu compte en la voyant sur les vidéos!! (oups!)

Donc, après ces 5min trois quarts d'heure (!!) de marche, nous arrivons chez la belle!
(à grands renforts de pétard pour être bien sûrs qu'elle sache qui c'est quand même, les Chinois adorent les pétards, ils en font exploser partout en grosse quantité pour pratiquement n'importe quelle occasion).

Mais comme je ne veux pas surcharger cet article, je mettrai la suite dans le suivant, qui arrivera aussi vite que possible.

PS: J'ai de gros problèmes d'accès à mon blog ces derniers temps. La partie publique (celle que vous lisez) est censurée en Chine, dans le cadre d'une censure "à la hache" contre le Français qui a écrit un article sur Lhassa pendant les émeutes. La partie administration (là où je rédige), elle est accessible, mais incroyablement lente de chez moi, j'ai écrit cet article du bureau aujourd'hui pendant mes pauses. Donc ne poussez pas pour le suivant, je promets que "aussitôt que possible", c'est vraiment "aussitôt que possible"!

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Liens