Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 03:38

Pique-nique du dimanche!

Ce dimanche, nous avons eu une riche idée: cesser de remettre à la semaine prochaine cette idée de pique-nique dans le parc de Pasir Ris.

1.Plan de bataille

Mais pour faire un pique-nique, il faut être PRÊT!
Alors, que devons-nous préparer:
- des sandwhichs
- un gâteau au yaourt (pour le bébé, qui ne mange pas de sandwhich, surtout si j'y mets de la mayonnaise)
- de la bière (ben oui, sinon c'est plus un pique-nique)
- de l'eau (pour le bébé, qui ne boit pas encore de bière... peut-être un peu pour nous aussi, pour nous donner bonne conscience)
- des biscuits?

Pour les sandwhichs, il faut décomposer:
- du pain
- du beurre
- un jaune d'oeuf (pour la mayo)
- des oeufs (durs)
- de la moutarde (pour la mayo)
- de la laitue
- du jambon
- des tomates
- du sel et du poivre (pour la mayo)
- nan mais je crois que c'est bon là, non?

Pour le gâteau au yaourt, il faut:
- du yaourt
- de la farine
- du sucre
- de l'huile
- de la levure
- un four, mais l'avantage, c'est qu'on n'a pas besoin de l'emmener après la cuisson...


2.Préparation



Première constatation: il nous manque plein de trucs. Donc étape1, aller faire les courses. Je vais faire les courses, je reviens les bras chargés. En plus j'ai mal dormi, parce que le bébé a mal dormi, alors j'oublie les tomates.
Tant pis, on fera sans les tomates.
J'ai aussi pris des chips à la place des biscuits, parce que j'aime bien les chips.

Ensuite, il nous faut du gâteau.
Là c'est pas compliqué:
1 dose de yaourt
3 doses de farine
1 demi-dose de sucre (ouai, normalement c'est plus, mais vu qu'on mange pas trop sucré en général, on est devenu sensible, et même avec une dose, on a l'impression que c'est trop sucré)
1 demi-dose d'huile
1 peu de levure (ouai, j'en mets toujours un peu au pif)


3.Cuistot d'élite...



On beurre de l'aluminium avant de mettre l'alu dans le plat qui va au four, parce qu'il n'est pas en une seule pièce, le bord et le fond sont séparés, du coup sans alu ça coule partout.
On met les ingrédients ensembles, on mélange.
C'est là que je me suis souvenu que c'est pas 3 doses de farine, mais 2, et c'est pour ça que je galère à mélanger.

ET MEEEEEEERDE!

Bon, on remet du yaourt au pif, de l'huile au pif, un peu de sucre (au pif), pas de levure parce que je crois que j'en ai déjà mis trop aussi.

On met le truc résultant dans le plat. Une autre feuille d'alu au-dessus pour pas que le dessus grille trop vite, et hop: au four.

Et on passe ausx sandwhichs!
Ah ben faut faire la mayo. On met des oeufs à cuire. On fait la mayo, doucement, parce qu'avec l'humidité ici, c'est facile de la casser. Ah ben dis-donc, je l'ai super bien réussie ma mayo, elle est belle, homogène, de la vraie bonne mayo comme on n'en fait que soi-même!
On mélange les oeufs durs et la mayo, on étale sur le pain, on rajoute la laitue, coupée en petits morceaux et le jambon, et voilà. Un sandwhich tout bête, mais tout bon.

Je fais quand même deux sandwhichs avec un peu de beurre à la place de la mayo pour ma femme, au cas où elle trouverait la mayo trop grasse, et un sandwhich sans beurre ni mayo pour le bébé, parce que si elle voit qu'on mange quelque chose que elle n'a pas, elle va (encore) nous faire une grosse crise.


4.Détails de finition...



Pendant ce temps, dans le four, c'est la guerre!

Le temps de cuisson est passé depuis belle lurette, mais le couteau ressort pas du tout sec. Le dessus a commencé à cramer malgré la feuille d'alu.
Gasp! Il y a trop de levure et j'ai tout dosé n'importe comment.

Idée: il est pas assez cuit, mais loin d'être liquide: je vais le retourner pour cuire par l'autre face. C'est là que je me suis rendu compte que j'ai pas assez beurré l'alu et que le fond a cramé aussi...

Idée2: on coupe le gâteau en 2, mais dans le sens transversal! On le cuit en deux moitié.

Quelques minutes après, mes biscuits géants fondants à la pâte à gâteau sont enfin prêts. Je goûte: ouf, ça se mange. Ça tombe bien: j'ai acheté des chips à la place des biscuits!

On peut continuer.

Le gâteau est prêt. Les sandwhichs sont prêts. On a de l'eau, de la bière, des chips, des couches, des vêtements de rechange pour le bébé, de la bière, un gros biberon d'eau pour le bébé, un sachet plastique qui servira de poubelle, de la bière, deux parapluie, ma femme rajoute des clémentines, je vérifie qu'on n'a pas oublié la bière. On emmène un ballon pour le bébé. On a de la bière? Oui, c'est bon, on peut y aller!


5.Le voyage



Sac sur le dos pour moi, poussette (avec bébé dedans? ah oui tout va bien) pour ma femme. Nous descendons.

Il pleut.



Heureusement, on peut aller au bout de la résidence sans être exposé à la pluie.

Ah, mais y'a peu de chance que ce soit le cas dans le parc. Peut-être que ça va passer?
On attend une minute.

Ce n'est plus une pluie.

C'est une bonne grosse drache, et ça ne ralentit pas.


6.Solution de secours



Bon, pour le parc, c'est mort. On va devoir trouver autre chose. Puisque pour l'extérieur c'est foutu, pourquoi pas de l'intérieur?

On a pensé au Punggol Plaza, qui est à 10min de marche, qui a une terrasse géante couverte. Mais il faut marcher, et il pleut.

Et puis on y va tout le temps au Punggol Plaza! Alors on a pensé à aller au Compass Point, à Sengkang, en métro. Mais y'a pas de terrasse géante, et on y va souvent aussi. En plus, il pleut!

Alors on s'est dit qu'on pourrait aller au Nexx, à la station Serangoon. Mais pourquoi là, demande-je? Ben pour faire du shopping, pardi!
Euh... géniaaaaaal! Surtout faire du shopping avec le sac à dos, le bébé qui pleure, un dimanche après-midi alors qu'il pleut, il y aura un monde de dingue. Franchement, je ne sais pas ce qui m'a pris d'étaler mon manque d'enthousiasme comme ça.

C'est là qu'on en a conclu que la pluie le week-end, c'est chiant.

Alors finalement, on a trouvé un coin de repli:

pique-nique-20111218 0382

pique-nique-20111218 0377

C'est dans notre quartier. C'est la grande classe, et c'est exactement ce qu'on cherchait pour un pique-nique détendu en extérieur. Oui, c'est bien l'entrée du parking de la résidence qu'on voit devant.


7.Mes meilleures photos de sortie en famille...

Mais heureusement, le bébé était content, elle...

 

pique-nique-20111218 0378

 

Enfin, faut le dire vite...

pique-nique-20111218 0381

 

Finalement, on a passé un peu de temps à jouer au ballon avec le bébé entre les murs de la résidence.

Et puis on est rentré.

8.Conclusion



Je veux pas jouer les vieux cons, mais les pique-nique, c'était mieux avant...
Par contre, je confirme: la mayo était bien réussie.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 15:17

Un Américain en visite en Chine se promène dans la rue avec son guide et interprète Chinois.

 

Absorbé par l'agitation autour de lui, il tombe dans un trou de chantier qu'il n'avait pas remarqué.

Le guide extrait un Américain furieux, et grommelant

"Dans mon pays, quand un endroit est dangereux, on met des balises rouges autour pour le signaler!"

Et le guide de répondre:

"Vous n'avez pas vus les drapeaux en passant la frontière?"

 

La p'tite vidéo qui va avec!

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 15:03

Ça a fait un an samedi dernier, le 12 novembre.

 

Un an qu'on dort mal, un an qu'on doit courir partout, un an qu'on doit manger soit en quatrième vitesse, soit froid, un an qu'on se fait des soucis, un an qu'on ne sort presque plus, un an qu'on ne peut plus se le sortir de la tête!

 

Alors joignez-vous à nous pour que tous ensembles, nous gardions en mémoire, l'Évènement:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je parle bien entendu de ça:

  anniv-gateau.jpg

 

Et pour ceux qui veulent encore plus de photos mises à jour régulièrement, c'est toujours sur le blog de ma femme, et c'est toujours en Chinois exprès pour vous faire ch...

 

Aller, je remets tout:

 

Lien:

http://user.qzone.qq.com/656698926/infocenter

 

Sur la page d'accueil, cliquer là (mais prenez soin en même temps d'apprécier notre ancien appart à Wuxi...)

 blog-dixin-snapshot

 

 

Et ensuite, cliquez là:

 

 

(nan, pas sur les photos dans mon article, sinon ça marche moins bien ; faites ça dans voter navigateur ouèbe!)

 

Bon, si vous êtes sages, je regarderai si je peux vous mettre une vidéo.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 18:03

J'ai souvent entendu: Singapour, paradis des gens qui cherchent du matériel électronique. On y trouve tout, et à bas prix.

 

Nous avons déjà vérifié, pour plusieurs gadgets:

-télévision (juste par curiosité, on n'a rien acheté)

-ordinateurs (pareil)

-caméra IP (là par contre on a acheté... mais pas ici!!)

-appareils photos

etc.

 

Et qu'est-ce qu'on voit?

Ben on n'est pas impressionné en fait!

 

La tête du client...

 

Il y a plusieurs niveaux de prix à Singapour, suivant votre capacité à acheter moins cher. Et ce n'est pas forcément de la tarte.

 

Du moins cher au plus cher, en gros:

- Les vieux mall ultra-spécialisés (Sim Lim square en tête)

- Les magasins "traditionnels" (la chaîne Courts en tête)

-Les vieux malls ultra-spécialisés (les mêmes qu'au-dessus, je vais expliquer)

 

Vous noterez que j'ai écrit deux fois la même chose. Et je n'ai pas encore pris l'apéro (mais c'est une bonne idée d'ailleurs. [sluuuurp!] Santé!)

 

Alors pour comprendre: ces vieux malls sont le paradis des négociateurs, mais aussi des arnaqueurs en tout genre. Ils sont connus pour être les places où on trouve tout, et les articles les moins chers, et disons-le, sont à l'origine de cette réputation de Singapour pour les articles électroniques en tout genre (ordinateurs, APN, téléphones portables, tout ce que vous voulez!).

 

Du coup, ils attirent masse de touristes venus profiter de ces articles à bas prix.

Touristes qui ne sont donc pas forcément de grands connaisseurs, ni très à l'aise avec les conversions en dollars Singapouriens.

 

Ces malls sont donc localement également connus pour être le repaire des pires arnaqueurs de la cité-état!

 

Il y a une grosse différence de traitement suivant que vous soyez un Singapourien connaisseur, bon négociateur et habitué des lieux et un touriste de passage qui cherche "une caméra" sans trop savoir ce qu'il veut (ça peut atteindre un facteur 10 sur la carte de crédit, si si).

 

Comment ils font:

 

-Vous arrivez avec un article précis en tête (recommandé). Vous connaissez le prix de l'article et vous vous êtes fixés un objectif en termes de prix d'achat (indispensable!!).

-Vous allez alors de vendeur en vendeur, pour demander à quel prix ils font l'article, négociant à chaque fois.

-Vous en trouvez un qui est un peu moins cher que les autres. Ok. Ça fait 1heure que vous faites le tour des rayons, un brin ras-le-bol. Vous acceptez le deal.

-Ah zut! Il ne l'a pas ici, mais il envoie son assistant le chercher. C'est long. C'est bien long. Hmm... qu'est-ce que c'est long!! Et le portable de l'assistant ne répond pas, on peut pas lui demander où il est. Quel manque de chance! En attendant, on vous présente les modèles avoisinants, soit les concurrents d'une autre marque, soit le modèle juste en dessous, ou juste au-dessus.

À partir de là, deux solutions:

  • C'est le drame: vous ne connaissez pas les modèles des concurrents, ni le modèle en dessous, ni celui au-dessus. Heureusement, votre pote le vendeur va tout vous expliquer. Vous allez repartir avec le modèle en-dessous d'une marque moins bien pour le prix du meilleur modèle de la meilleure marque.
  • Vous tenez bon et exigez le modèle choisi. Vous allez au rayon voisin (qui pas de chance n'aura pas non plus le modèle en stock, mais a aussi un assistant qui est aussi équipé d'un portable de merde). Vous finissez par vous faire apporter la bonne boite. Ouf! On peut enfin régler et rentrer. En arrivant à la maison, vous vous rendrez compte qu'ils ont mis un autre modèle bien moins cher dans la boite. L'appareil ne sera bien entendu ni repris ni échangé.

Evidemment, il y a aussi des vendeurs qui ne vous vendront pas le truc trop cher, voire même au prix recommandé par le constructeur. Et ils vous expliqueront en long en large et surtout en travers qu'avec la carte 1Go d'origine (2Go partout ailleurs dans le monde y compris sur le site du constructeur, mais on espère que vous n'êtes pas allés voir, et à ce prix Monsieur, je vous jure qu'elle n'est normalement même pas incluse!), vous ne pourrez pas prendre beaucoup de photos. Mais comme il est sympa, il va vous faire la carte 2Go au prix du prototype de recherche de 200Go des laboratoires R&Dde Samsung. Ah, je vous ai dit que la batterie était un peu légère pour les sorties sur la journée?

 

Forcément, vous avez aussi le combo: vous vous faites refourguer une contre-façon chinoise de piètre qualité pour le prix du top du top, avec tous les accessoires 3 fois le prix ordinaire. Et souriez en repartant s'ils vous plait!

 

Alors qui s'en sort dans ces magasins?

Le plus simple, c'est d'emmener un connaisseur local. Le mec que tous les vendeurs connaissent, et qui les connait également. Lui sait déjà comment éviter les surprises.

 

Sinon, et bien sinon, il faut être très très vigilant, tout simplement: vous devez savoir exactement ce que vous voulez en arrivant, savoir exactement à quel prix (ou moins) vous le voulez, ne pas vous laisser endormir par le vendeur, ouvrir la boite pour vérifier que c'est bien ce que vous achetez qui est dans la boite.

Bref: Faisez gaffe!

 

Et là en principe, ça sera un petit peu moins cher que dans les magasins à prix fixes, parce qu'il n'y a pas de miracle, et un peu moins cher qu'en France. Oui, qu'en France seulement...

 

Le made in Singapore, y'a pas!

On le sait depuis belle lurette, mais tout ce que vous achetez ou presque vient de Chine!

Alors comment Singapour arrive à avoir des produits moins chers qu'en Chine?

 

Il y a bien sûr les taxes. Il y a aussi les marges constructeurs qu'on oublie un peu dans ces malls-requins-business.

Il y a surtout la foi que les acheteurs mettent dans l'affirmation "c'est moins cher qu'ailleurs"!

 

Si vous prenez le même geek en Chine, il a ses entrées dans des malls similaires, qui eux-mêmes sont en contact direct avec les employés du constructeur à l'usine!

Et c'est là que va se faire une partie de la différence: en Chine, si vous connaissez la bonne personne, vous allez court-circuiter toute la chaîne de distribution et vous retrouver avec un truc quasiment au prix d'usine. Parfois ça a un coût en termes de qualité: ce sont les produits qui ne passent pas le contrôle qualité, par exemple. Mais vous devriez savoir que Sony, Acer, ou autres grandes marques ont des critères extrêmement sévères, et du coup un appareil qui marche très très bien va échouer au contrôle (couleur du plastique imparfaite, Madame. inacceptable!).

 

Un autre facteur, c'est les certifications dont vous avez besoin (un peu comme les certifications pour l'Europe), qui imposent un niveau de qualité supplémentaire, le plus souvent complètement absurde. Le label CE pour l'Europe est autant utilisé pour votre sécurité que pour préserver l'industrie européenne, vous le saviez? Passer ces certifications, ça a un coût, qui est répercuté dans le pays d'importation uniquement, bien entendu!

 

Par exemple, nous venons de recevoir via voyageurs venant de Chine une caméra IP pour un prix plusieurs fois inférieur à la très exactement même caméra vendue localement. Et je peux déjà vous dire qu'elle marche très bien, cette caméra!

 

Et encore un petit avantage pour la Chine: le "ebay local", j'ai nommé taobao (qui au passage, a commencé de zéro, a survécu à l'arrivée de ebay, et s'est même permis d'évincer le géant du marché chinois pour devenir aujourd'hui l'acteur absolument incontournable de la vente en ligne en Chine!).

Quand on parle (enfin, surtout qu'on lit et écrit) la langue, on peut y trouver absolument tout, mais vraiment tout.

Petit exemple tout bête, mais je vous mets au défi de trouver ça en pays non francophone: un clavier azerty!

Non seulement je l'ai eu, à l'époque (merci à ma femme), mais je ne l'ai pas eu au prix du luxe d'acheter un clavier introuvable localement, je l'ai acheté encore moins cher que si je l'avais acheté en France!

 

Les meilleurs plans

Malgré tout, il y a moyen de faire de très bonnes affaires ici. Mais... il faut lire et écrire le Chinois (encore! aaaargh! je n'y échapperai pas!).

Comment faire? Une fois n'est pas coutume, c'est ma femme qui fournit la solution (attention: une blague est cachée dans cette phrase, saurez-vous la retrouver?).

 

Souvenez-vous: Singapour, 5 millions d'habitants, mais seulement 3 millions de Singapouriens et résidents permanents. Les 2 millions restants sont des étrangers, qui sont ici pour une durée plus ou moins longue.

Et bien c'est là que sont les bons plans: ces étrangers qui viennent, s'installent, achètent plein de bric-à-brac... et repartent, pour raison quelconque (fin de contrat, mutation, licenciement, changement de boulot, etc.).

Vous allez me dire: les étrangers qui sont là pour peu de temps ne vont pas acheter trop de bordel.

Et bien les Chinois, si...

 

Ils communiquent par forums entre Chinois, et proposent un tas de trucs qu'ils veulent bazarder au plus vite avant de partir. Cassage de prix garanti!

 

C'est ainsi que nous avons mis la main sur un mini-four de 25L avec moteur pour rotir les poulets, qui n'a quasiment jamais servi (suffit de voir à l'intérieur: c'est comme neuf), en parfait état de marche, pour 30S$ avec un plat au four dans le même état.

Premier prix pour un four neuf, 22L, chez Courts (grande chaine, mais qui garantit les prix les moins chers): environ 70S$ (et sans le plat au four...).

 

Et là, le four a servi (au moins 1 fois). Mais on trouve aussi des objets divers dans leur emballage d'origine encore scellés.

 

Évidemment, il ne faut pas pour autant faire n'importe quoi: la garantie n'est plus là! On ne s'engage pas sur des grosses sommes.

Mais un four, c'est assez simple, basique, et ça ne casse pas.

 

Cf titre de l'article

La première conclusion à tirer de tout ça, c'est que Singapour n'est certainement plus le paradis pour acheteurs d'appareils électroniques en tout genre, surtout s'ils ont vécu en Chine. Pas de bol, j'ai vécu en Chine, et je sais donc qu'on peut faire mieux. Sauf peut-être pour l'arnaque, là je crois qu'ils sont à égalité...

 

Si vous lisez les forums singapouriens sur "où acheter votre électronique", les conseils récurrents sont en tête: dans un magasin où les prix sont affichés et non négociables, et en numéro 2: dans ton pays, t'auras moins de problème!

 

La deuxième conclusion à tirer de tout ça c'est que ma femme est quand même douée pour trouver tout et n'importe quoi sur taobao en Chine et... ailleurs! (Je vous conterai les pulls à 3€ que vous achetez 50€/100€/encore-plus un autre jour. Une histoire de voisins qui gèrent l'usine et qui vendent les surplus de production avant que soient cousues les étiquettes des grandes marques).

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 17:56

Je ne sais pas quel bruit exactement ça a fait en France, mais je sais que ça a fait un ramdam pas possible à Singapour, et j'ai tout de même vu des articles en ligne sur des sites d'infos Français.

 

En tout cas, voilà un lien vers la vidéo:

(ATTENTION: images très dures!)

 

http://www.youtube.com/watch?v=bL8C5JpHIHc

 

Une petite fille de 2ans s'est faite litéralement écraser par un mini-van dans une petite rue, et 18 personnes sont passée à côté d'elle sans lui porter le moindre secours.

Un deuxième camion a même roulé dessus une deuxième fois.

 

Comme j'ai vu pas mal de monde sauter sur l'occasion d'insulter les Chinois (ce qui me rappelle pas mal un article sur les chiens posté ici-même...), je vais en parler un peu ici.

 

Reprenons depuis le début:

 

1.Des accidents de la route en Chine

On le voit: la rue est étroite, pas vraiment mal éclairée, le van roule doucement. Comment a-t-il pu rouler dessus?

Et bien cf un autre article que j'avais écrit sur les conducteurs Chinois. Dans le cas présent, le conducteur expliquera qu'il s'était sérieusement embrouillé avec sa femme récemment, et qu'au moment de l'accident, il était au téléphone (ou il envoyait un message, mais bref: il ne regardait pas la route, quoi!).

 

N'importe où ailleurs, on bondit devant de telles explications. La faute à "pas-de-chance", vue par ce monsieur, nous permet tout de même de mettre un nom et des circonstances limite aggravantes à ce "pas-de-chance". Mais pas en Chine. En Chine, je peux déjà imaginer d'autres conducteurs avoir une certaine empathie avec ce monsieur, qui a peut-être brisé sa vie en plus de cette famille, à cause de "pas-de-chance". Ça rejoint l'inconscience générale du danger que représente un véhicule, et de la responsabilité du conducteur.

Les Chinois n'apprennent pas à conduire, ou plutôt, tout ce que conduire implique. Ils apprennent à utiliser le volant et les pédales!

 

Cet accident est choquant parce qu'il a lieu devant une caméra, et que le monde entier l'a vu. De tels accidents, il s'en produit tous les jours, mais vous ne le savez pas!

D'ailleurs, il sera reporté que quelques jours plus tard, un autre mini-van écrasera un autre enfant de 2 ans ailleurs dans le pays. Mais cette fois, l'absence de caméra privera ce drame d'une médiatisation de grande ampleur.

 

2. Le chauffeur ne s'arrête pas: il s'enfuit en roulant une deuxième fois sur l'enfant!

Il y a de quoi vomir, et le geste est totalement inexcusable.

Je ne vais donc pas tenter de l'excuser, mais d'expliquer pourquoi le conducteur a agi de la sorte.

 

(Et donc, avant de m'insulter comme d'autres ont pu le faire sur certains forums en Anglais, relisez encore une fois: JE trouve également son comportement inexcusable, et je ne cautionne pas. C'est clair? Nan paske des fois y'a des gens qui ont du mal...)

 

En Chine, les accidents de la route se règlent le plus souvent "à l'amiable" (non, pas à l'amour, à l'amiable...) par un dédommagement financier. Oui, une vie s'estime en monnaie sonnante et trébuchante, même vu par les familles de certaines victimes!

Et c'est là qu'on arrive dans un énième grand n'importe quoi du système dont la Chine est affligé:

- pour un décès, on paie une "grosse somme" en une seule fois, et l'affaire est close ; notez que "une grosse somme" dépend énormément des origines de la victime

- pour un handicapé à vie, on paie une pension jusqu'à la fin de ses jours

 

Conclusion: après "calcul", il vaut mieux "finir le boulot": un mort vous coûtera moins cher qu'un handicapé!

Il n'est donc pas si rare de voir une voiture au chauffeur peu scrupuleux revenir en marche arrière écraser une deuxième fois un paysan qui avait le malheur d'être sur sa route au lieu de porter les premiers secours.

 

D'ailleurs, une des réactions de ce "brave homme", une fois retrouvé par la police et interrogé par les médias "oui, je regrette amèrement" pourquoi s'enfuir? "si elle avait survécu, j'aurais dû payer une pension jusqu'à la fin de mes jours". Et bien sûr sa meilleure phrase "combien je dois payer?".

 

3.Et le deuxième camion?

Quand on vous dit que les conducteurs sont nuls, c'est pas une blague: je suis certain qu'il n'a pas fait exprès de rouler sur le corps. Il a juste été trop nul pour l'éviter.

Et pourquoi il s'enfuit? Encore une fois, merci le système: en l'absence de caméra, et avec un coupable tout trouvé sous la main, il y a fort à parier que la police lui aurait tout mis sur le dos pour clôre l'affaire plus rapidement!

Donc, pour éviter les emmerdes, hop hop hop, je suis plus là...

 

4.Les passants n'ont pas de coeur

Images abominables pour nous, devant nos écrans: 18 personnes passent devant la petite fille en train de mourir sans lui porter secours, et sans même appeler ces secours.

 

Mais pourquoi donc?

Et bien, encore une fois, sans cautionner leur non-intervention, je vais mettre les pieds dans le plat: je comprends qu'ils n'aient rien fait.

 

Respirez un bon coup. Allez taper dans un mur. Maudissez-moi un peu, et revenez lire la suite.

 

L'effet du témoin

Avez-vous déjà assisté à un accident? une agression? Vous-êtes vous précipité au secours de la victime? Oui? Non? Peut-être mais vous ne pensiez pas que la personne avait besoin d'aide?

 

Plus pernicieux encore: ce sans domicile fixe en train de dormir, est-il vraiment endormi ou est-il tombé dans le coma faute de mal nutrition, maladie, etc.? Vous vérifiez, ou vous ne vous impliquez pas?

La probabilité qu'il soit juste endormi est la plus élevée, et de loin. Et puis s'il dort et que vous le réveillez, il va s'accrocher à vous, vous demander des sous, peut-être qu'il est complètement ivre et qu'il ne vous lâchera pas la grappe.

Avouez-le: c'est plus commode de penser qu'en fait, il dort, et vous ne vous attardez pas sur son cas.

En fait, vous avez peut-être laissé mourir quelqu'un qui était pourtant sous votre nez!

 

Comme une très très grande majorité de la population, vous étiez alors sous l'effet du témoin, ou "dilution de la responsabilité".

Témoin de la scène, vous pensez que quelqu'un d'autre a déjà appelé la police/les secours, si personne n'a bougé, c'est que ce n'est pas si grave et vous n'avez pas correctement appréhendé la scène, etc.

 

La vérité, c'est qu'en public, on a tendance à compter sur les autres pour réagir.

Vous pouvez vous énerver autant que vous voulez "moi j'aurais fait ça!" blablabla. Tapez "bystander effect" dans votre moteur de recherche favori,et vous constaterez que les faits sont là: dans le monde entier, et pas seulement en Chine, les gens ont du mal à porter secours à autrui en public!

 

"Oui mais là il n'y a personne d'autre dans la rue" et "la petite fille baigne dans une mare de sang".

Ah bon?

Vous êtes trop fort, parce que sur la vidéo, j'ai du mal à juger. À la fin, oui, on en voit, du sang. Au début, non, pas sûr.

 

Alors, les passants, vous savez ce qu'ils voyaient, vous?

-une énième mendiante handicapée comme on en voit tellement en Chine

-une petite fille qui fait la sieste par terre ; après tout, on voit tout et n'importe quoi, alors ça ne semble pas plus tordu qu'une autre explication

-une petite fille blessée, mais moi j'y connais rien en premier secours, et puis la rue n'a pas l'air déserte, il y a plein de magasins autour, quelqu'un a sûrement déjà appelé les secours: ils n'ont pas besoin de moi

 

Et une à laquelle vous n'auriez sûrement jamais pensé:

-ah! encore un piège à cons pour piquer du fric à des gens trop naïfs!

 

Huh?? Et si...

Petites anecdotes bonnes à savoir...

 

Il y a quelques années eut lieu à Nanjing une affaire qui est maintenant emblématique en Chine.

Une dame âgée descend d'un bus et chute. Elle se blesse à la jambe. L'homme qui était immédiatement derrière elle se porte à son secours.

Il la conduit à l'hôpital, la famille de cette dame les rejoint. Il estime qu'ils n'ont pas l'air bien riches, et leur offre même 200RMB pour les frais d'hôpital (ouai, la sécu en Chine, c'est pas encore ça, et quand on rame en Chine, 200RMB, c'est déjà une belle somme).

 

La dame raconte alors une toute autre version: le monsieur l'aurait poussée en descendant du bus. Il a fait tout ça parce qu'il se sentait coupable. Évidemment, notre Samaritain nie fermement cette version, et accuse la famille de cherhcher à profiter honteusement de sa bonne action.

L'affaire va devant les tribunaux.

 

Qui a raison?

Franchement, après 5ans en Chine, les deux histoires sont plausibles. Je dirais juste que si le mec voulait se débarasser de toute responsabilité, il aurait pu nier son implication en sortant du bus et s'éloigner sans demander son reste. D'un autre côté, c'est vrai qu'il en fait beaucoup, ce monsieur, et qu'il aurait pu s'arrêter quand la famille arrive, en se disant qu'il n'a pas à gérer la misère du monde.

Bref, je n'y étais pas, je ne le connais pas, ni la dame, ni sa famille.

 

Mais le juge, lui, a un raisonnement assez, pour le moins dire, étrange:

Tenant compte de la culture de ce pays, le bon sens dit que si ce Monsieur n'était pas responsable de la blessure de cette dame, il ne l'aurait jamais aidée!

Il est condamné à verser 20kRMB à la famille. Et là, pour lui, c'est beaucoup également.

 

Et oui, c'est super ce raisonnement, non? Si vous aidez un(e) inconnu(e), c'est parce que vous êtes responsable de son état.

 

Encore une fois, sur des forums, on voit des gens s'offusquer qu'on sorte un "cas isolé". Et bien qu'ils restent en Chine encore un peu, et ils se rendront compte que c'est tout sauf un cas isolé.

 

C'est devenu une activité très rentable, pour des personnes âgées sans pitié, de se laisser tomber, et d'attendre qu'un gentil crétin vienne les ramasser... pour les accuser immédiatement de les avoir bousculé! Aller! Tu vas "compenser" ça avec un petit peu de thunes pour l'hôpital (où la "victime" n'ira pas d'ailleurs).

Et ne comptez pas trop sur la police pour vous venir en aide: si c'est la quatrième fois que la même petite vieille est bousculée aujourd'hui, vous avez une chance qu'un des flics l'ait déjà vue et l'arrête elle... sinon ils risquent bien d'aller au plus simple: c'est votre faute, et plus vous gueulerez, plus ce sera de votre faute, espèce d'irresponsable!!

 

Conscience contre assurance

 

Solution? Et bien... ne jouez pas au héros!

 

L'assurance responsabilité civile, ça n'existe pas en Chine!

La loi du Samaritain (loi qui dit que si vous portez secours à quelqu'un dont la vie est immédiatement en danger, vous ne pouvez être poursuivi pour avoir causé/agravé des blessures ; typiquement si vous sortez quelqu'un d'une voiture en flamme alors que ses os étaient cassés, vous pouvez le rendre paralyser à vie, mais on ne peut vous poursuivre pour ça!) n'existe pas non plus en Chine.

 

Voilà en substance ce que les Chinois disent. Ne jouez pas au héros, vous le regretterez presque toujours!

Souvenez-vous qu'on ne parle pas d'un pays riche où les institutions respirent le bon sens. Des héros sont punis sévèrement tous les jours, et personne ne pourra rien pour eux.

 

Aller, encore une petite pour la route: c'est l'histoire d'un homme qui retrouve une boucle d'oreille apparemment très chère par terre, dans un centre commercial, et la rapporte aux objets trouvés.

On soupçonnera qu'il agit de la sorte parce que la boucle d'oreille est juste dans le champ d'une caméra de surveillance. Mouai, peut-être bien.

Toujours est-il que fort logiquement: la dame ayant perdu ses deux boucles d'oreille, ce bon monsieur est accusé d'avoir volé l'autre. Il est condamné à la rembourser. Et elle n'est pas peu chère. Et toc!

 

Alors un enfant blessé par terre, c'est peut-être bien que sa mère est en embuscade pas loin.

Et même si sa mère n'est pas en embuscade et que l'enfant est vraiment blessée, en ignorant que des caméras vous couvrent, on pourra toujours dire que:

"Tenant compte de la culture de ce pays, le bon sens dit que si vous n'aviez pas poussée cette enfant sous le mini-van, vous ne l'auriez jamais aidée."

Ou encore:

En manipulant cette enfant pour l'éloigner de la route, vous avez agravé ses blessures (on peut supposer que la Samaritaine sur la vidéo a fait énormément de dégâts en tentant de la relever, si elle ne l'a pas condamnée à mort à ce moment).

 

C'est avec tout ça que les Chinois doivent composer quand ils décident de tendre la main à quelqu'un qui en a besoin!

 

5.La première question à se poser

Voilà, vous pouvez aller vomir une deuxième fois: si ça devait se reproduire ailleurs, la leçon pour les passants, c'est qu'il faut d'abord regarder s'il y a une caméra dans les parages: si y'en a pas, et ben ce sera exactement pareil!

 

Mais d'abord. Repassez les premières secondes de la vidéo, avant l'accident.

Rien ne vous choque?

 

Ben moi si:

Mais bordel de merde que fait une enfant de 2 ans seule dans la rue sans aucune surveillance??

 

Et là on arrive à un autre gros problème en Chine, toujours lié à la perception du danger: c'est justement l'absence complète de perception du danger!

Personne ne surveille cet enfant. Pire: pendant tout ce temps, personne ne vérifie qu'elle est dans les parages. La scène est pourtant assez longue! Il faut attendre que la vieille dame à la fin appelle à l'aide pour la mère vienne voir ce qui se passe.

 

Alors c'est vrai que la maman est effondrée, que ce qu'elle vit, c'est indescriptible et qu'on ne peut le souhaiter à personne. Mais étant moi-même papa, j'aurais quand même envie de lui cracher à la gueule, à la mère qui blame le conducteur, les passants, la Terre entière:

La première personne coupable, c'est toi, la maman!

C'est toi qui est censée surveiller un enfant de 2ans incapable d'évaluer le danger que représente un véhicule, surtout dans un pays où on sait que les conducteurs conduisent n'importe comment! Ce ne sont pas aux autres à le faire pour toi. Et le danger, ce n'est pas que les voitures: il y a aussi des enfants enlevés en Chine par desmafias locales pour en faire des mendiants.

 

"Et si c'était ton enfant, tu justifierais aussi le comportement des passants?"

C'est pas sorti pour rien, c'est ce qu'on m'a demandé sur un forum auquel j'ai participé.

Et voilà la réponse:

"Si c'était ma fille, et qu'elle était sous ma garde à ce moment, elle ne se serait jamais retrouvée à marcher dans la rue seule dehors, ou alors je serais le premier coupable.

Et si ça arrivait à ma fille alors qu'elle n'est pas sous ma garde, alors je serais quand même en bonne place sur la liste des coupables pour l'avoir confiée à la mauvaise personne!"

Les deux seules personnes qui sont responsables à 100% de ce qui arrive à notre fille, c'est moi, et ma femme. Pas les conducteurs, pas les passants, pas les petites vieilles qui font les poubelles. C'est nous, les parents!

 

6.La Chine, sans espoir?

Ben je ne crois pas non. Je crois avoir listé pourquoi les Chinois auront tendance à ne pas agir. Maintenant, que feraient-ils s'ils étaient un peu plus "à l'abri des emmerdes" s'ils aident quelqu'un d'autre?

 

Et bien voilà ce qu'ils font:

 

Un homme âgé chute sur la voie devant un arrêt de bus. Personne ne bouge, les autres personnes qui attendent ont l'air très embarassé. L'homme crie alors "Je susi tombé tout seul!!". Et d'un coup, une armée de bras vient le relever et il lui ai demandé s'il va bien, s'il n'a rien de cassé.

Et oui...

 

Autre chose? Et bien pour les anglophones, voilà:

http://www.chinasmack.com/2011/stories/chinese-netizens-organize-to-identify-rescue-child-beggars.html

 

Des internautes Chinois mettent en place un site de référencement des enfants mendiants, parce que la plupart d'entre eux sont aux mains de mafieux, et ont été enlevés à leurs familles. Les internautes prennent donc des photos de ces enfants et les publient sur internet, dans l'espoir que les familles les retrouvent, et ils peuvent ensuite contribuer à la récupération de l'enfant par ses parents.

Et il n'y a ni caméra, ni rien qui permettra de glorifier ces actions et fabriquer des héros pour les médias. C'est un acte gratuit.

 

Alors merci de m'épargner dans les commentaires les réflections racistes que j'ai pu voir sur quantité innombrable de sites ailleurs...

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 07:33

Aller, un micro-article sur notre bonne vieille Chine, suivez le lien ci-dessous, c'est énorme!

 

http://wimp.com/chinaparking/

 

Et voilà! Plus jamais de problèmes de parking!

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 13:30

Comme je vous l'avais dit dans l'article sur les maids, nous avons envisagé d'en embaucher une très sérieusement.

 

En fait, nous avons fait plus que ça: nous en avons embauché une.

Vous devriez vous souvenir de toutes les histoires abominables de mauvaises maids et mauvais employeurs. Voyons maintenant comment on s'en sort dans tout ce bord... pour chercher LA bonne maid.

 

Comment bien procéder: d'abord, choisir l'agence

Et bien tout d'abord, faisons comme tout le monde: cherchons la réponse sur Internet, notamment tous les forums avec des gens qui ont fait ça avant nous.

 

Vous avez remarqué comme les gens sur Internet ne racontent que des malheurs? C'est parce que quand ça va bien, on ne sent pas le besoin de venir le raconter sur un forum!

Bref, conseil numéro 1: choisir d'abord une bonne agence, recommandée, ensuite, choisir une maid dans cette agence, c'est évidemment la meilleure solution possible!

 

Je trouve une agence (ou plutôt une agent) chaudement recommandée, dans notre quartier en plus.

Appel au téléphone: alors, nous cherchons une maid, et aimerions l'avoir rapidement.

Elle ne gère que des maids des Philippines, des nouvelles, et il faut 6 semaines rien que pour les faire venir à Singapour. Ensuite il y a la formation et les formalités sur place. Argh!

Et les maids en transfert? (qui changent d'employeurs). Non, aucune en ce moment, et franchement, si j'ai besoin d'une maid rapidement, elle me conseille carrément d'aller dans une autre agence, elle est très pessimiste sur une maid à transférer en moins de 6 semaines.

RATÉ

 

Je trouve une deuxième agence, recommandée par un collègue, qui vient de recruter une maid. En quoi l'agence est-elle bien? Et bien il a embauché sa maid chez eux, et ça fait 2 mois qu'elle est chez lui.

Ah. On dit qu'on peut faire la différence entre une bonne agence et une mauvaise agence quand on a des problèmes, voir si l'agence gère bien le problème. Il y a toutefois l'impression générale et la formation des maids, mais bon...

Je vais quand même appeler l'agence: et bien d'abord il faut que je fasse la formation et tout le bordel, pendant ce temps, elle peut regarder ce qu'elle a. Mais les maids en transfert partent vite, très vite, donc ça vaut pas le coup de regarder avant d'avoir fini cette formation.

 

OK! Je passe la formation vite fait... ah non, d'abord il me faut mon adresse permanente validée par le ministère et confirmer que ma femme et le bébé habitent bien là aussi. Voilà, maintenant je peux valider ma formation (ouf!).

 

Et bien pas de maid dispo dans cette agence non plus, finalement.

 

Comment bien procéder: d'abord, choisir la maid...

C'est mort pour les agences recommandées, vu qu'elles n'ont rien de disponible.

Changement radical de stratégie: on fait une liste des critères qu'on veut avec ma femme, et on spamme envoie un mail à une grosse liste d'agence (une centaine!).

Les critères (j'ai pu en oublier, mais en gros):

- Maid mariée, avec enfants, et plus de 30ans (on veut éviter qu'elle vienne chercher un mec, n'est-ce pas?)

- Expérience avec des bébés dans une autre famille avant la nôtre 1 ou 2 ans c'est bon

- Niveau d'Anglais correct

- Peut faire la cuisine Chinoise et Occidentale (ce dernier terme ne veut rien dire pour moi, mais on le voit souvent écrit alors on l'a mis aussi...)

- OK pour ne pas utiliser le portable la journée, que la nuit

- OK pour partager la chambre du bébé (on n'a que 2 chambres!)

 

Alors oui, on a visé précis, mais en même temps, sur 100 agences, on va bien trouver non?

 

Et ben pas sûr...

 

Comment innonder sa boite mail...

J'ai eu pas mal de réponses. Bon, naturellement, la plupart des agences ont royalement ignoré mon mail. Mais d'autres ont répondu... en m'envoyant les bio-data (les CV simplifiés, vous vous souvenez?) de TOUTES les maids qu'ils avaient.

J'ai apprécié entre autre une agence qui m'a envoyé deux ou trois fois le même document, avec une invitation à venir faire passer l'entretien à la maid:

23ans (donc raté)

Célibataire (raté aussi)

Sans expérience professionnelle (complètement raté)

Mignonne sur la photo, et avec de bonnes mensurations, mais je me souviens bien ne pas avoir mis de critère là-dessus.

Bref, tout-à-fait ce qu'on cherchait.

 

Comment faire un bon entretien

 

Je passe donc un certain temps à trier tout ce bordel. On peut commencer à passer des coups de fil et prendre des RdV.

On perd beaucoup de temps pendant les entretiens

 

"salaire demandé: vous demandez devant moi vachement plus que sur votre bio, là, non?

-c'est pas moi qui ai écrit la bio!!

-ah..."

 

"Anglais correct? Hello!

-Euh...

-Do you understand me??

-Euh...

-Do you have experience with children???

-CHILDREN! YES!

-Can you describe me your experience with children?

-CHILDREN! YES! FAMILY! HAVE CHILDREN! ME TAKE CARE!" (j'ai arrêté là)

 

"Vous pouvez me décrire votre expérience avec les enfants?

-J'ai jamais gardé d'enfant, et je n'en ai pas moi-même.

-Mais votre bio dit le contraire?!

-Ah mais je veux bien apprendre! C'est pour ça qu'on a écrit bien pour garder des enfants

-(soupir)"

 

Y'a aussi les agences super bien organisées:

"Bonjour, je viens voir [nom de la maid]. J'ai appelé en début de semaine pour le RdV et j'ai rappelé hier pour confirmer, je suis M. [moi].

-Ah? Qui? Attendez voir... [décroche le téléphone, compose un numéro, demande à la maid si elle est diponible]. Va falloir attendre 15-20min, c'est bon?

-[Non, j'ai envie de t'envoyer chier connasse, mais j'ai passé 1h dans les transports et je veux encore moins être venu pour rien!!]. Ben j'ai pas le choix, non?"

 

L'important à préparer: sa liste de questions!

La nôtre avait pour but de dépister les expériences professionnelles bidonnées, et cherchait donc à faire raconter des anecdotes. Ceci dit, je ne suis pas recruteur pro moi!

- Pouvez-vous nous décrire brièvement votre expérience professionnelle? Notamment quand vous avez gardé des bébés/enfants en bas âge?

- Combien de personnes à la maison (c'est une info importante: s'il reste quelqu'un en permanence, la maid peut "avoir gardé un enfant de 0 à 2ans" mais en fait c'est les grands-parents qui faisaeint le boulot et elle le ménage seulement!)? Ils faisaient quoi? (travaillent, retraités, etc.)

- Si elle est là depuis la naissance, maman à repris quand le travail? Elle a allaité combien de temps?

- Vous cuisinez quoi pour le bébé?

- Pas trop dur de faire la cuisine quand le bébé pleure à côté de vous et traîne dans vos jambes?

Pas de réponse magique à cette question. Mais des indices: je fais la cuisine quand le bébé fait la sieste. Oui, logique, et s'il se réveille. Le bébé ne s'est jamais réveillé plus tôt que prévu en 3ans? Pas une seule petite fois?? Waouh! Quelle chance alors!! (Vous pouvez écourtez l'entretien à partir de là...)

- Vous donniez le bain au bébé vous-même? Comment vous faites pour le shampoing?

Pareil qu'au-dessus: pas de réponse miracle, mais ça doit sentir un peu le vécu. "Je le penche en arrière, il ne bouge pas, il n'a jamais bougé en 3ans et donc jamais de shampoing dans les yeux" Merci, plus d'autre question.

 

A ça, on rajoute quelques questions pour vérifier que la maid n'est pas au téléphone 24/24, surtout si le tél est interdit.

"Donc, clarifiez-moi ça: vous n'utilisez jamais votre portable la journée, c'est la règle, et vous suivez cette règle, mais si j'amais ça sonne occupé sur votre portable si je veux vous joindre en urgence, je peux appeler sur le fixe. C'est bien ça?"

 

Et, le plus important, par-dessus tout, et vous pouvez même commencer par ça:

"Pourquoi vous changez d'employeur?" Une réponse classique, c'est "fin de contrat". OK. Donc pourquoi vous et votre employeur ne voulez pas renouveler votre contrat?

Immédiatement à faire suivre par "Serait-il possible d'avoir votre ancien employeur au téléphone pour une référence directe? C'est important pour nous." Ben oui, je laisse pas ma fille de 1an et quelque toute seule avec n'importe qui!

Parfois, elles répondent "sans problème", et c'est vrai: on a l'employeur au tél, qui est content, ou moins, mais c'est souvent globalement bon.

Parfois, elles sont plus réticentes "mon employeur vient de quitter Singapour". Peut-être vrai, mais peut-être pas, pas de bol, moi je refuse de prendre le risque!

Parfois c'est l'agence qui refuse: "vous avez les lettres de recommandations dans leurs dossiers, vous n'avez pas besoin de plus, si?" Ben si, parce qu'elles ont presque toute la même lettre de recommandation, qui doit être plus ou moins rédigée par l'agence?

 

Et parfois, on va de surprise en surprise. On avait choisir une maid, on avait dit à l'agence que c'est bon, on veut ses employeurs au tél, et à moins que ce soit très mauvais, on l'embauche. Mais vu qu'elle est restée 6ans avec eux, elle ne doit pas être si mauvaise que ça.

Et boum, la nouvelle tombe: elle n'est plus disponible, parce que ses employeurs la renvoient dans son pays. Si vous avez suivi l'article précédent, ils doivent pour ça payer pour son transport et faire plus de formalités administratives. Dit autrement: elle a dû faire une très très grosse connerie pour les foutre en rogne à ce point.

Qu'à celà ne tienne, choix numéro 2: même requête. Quand elle a su qu'on voulait appeler ses patrons, elle s'est dépêchée... d'aller signer un contrat avec un autre employeur que nous, elle avait auparavant dit à l'agence, juste après l'entretien en fait, qu'elle aurait préféré travailler pour nous. Euh... ?!?

 

Comment prendre sa son indécision

 

Après avoir galéré à mort, et moi j'ai passé mes dimanche à traverser Singapour dans tous les sens pour faire les entretiens dans de multiples agences (on a renoncé à bouger le bébé: trop loin, trop long, elle ne supporte pas), on tombe sur une petite jeune qui serait bien?

On a en fait d'abord son employeur au téléphone, qui dit qu'elle est bien. Plus jeune que nos critères, mais là, on n'en avait plus rien à foutre, et j'en avais marre de tous ces p...ains d'entretiens qui me permettent de savoir que "garder un bébé, c'est comme garder une personne âgée, sauf que le bébé est un bébé et la personne âgée est une personne âgée" Merci pour l'info. J'avais pas réalisé jusque là...

Ma femme appelle l'employeur, qui se trouve être Chinoise aussi. Bonne impression.

 

Je vais faire passer l'entretien. "Comment cuisiner quand bébé traîne autour? -[Panique] Hein?? Mais on peut pas! Comment on fait??" Euh, c'est moi qui pose les questions ici! "Ma femme le fait déjà tous les jours. Il n'y a pas de bonne réponse, je te demande comment toi tu ferais -Ah!? Mais je sais pas! On peut pas!!"

Même réaction pour le bain/shampoing.

Conclusion: une brave fille, certainement très bien, travailleuse, mais je ne lui laisserai pas garder le bébé seule, il faut quelqu'un pour la guider tout le temps. C'est mort.

L'agence me propose, vu que je suis là, et voyant que je suis un peu dég. d'être venu dans une énième agence très loin de toutes les autres (exprès pour me faire ch... je suis sûr), deux autres maids. La première attendait à côté pendant que je faisais l'entretien avec la petite jeune, et si elle ne m'a pas convaincu comme maid, elle m'a convaincu pour ses talents de perroquets, vu qu'elle a répété texto tous les commentaires que je venais de faire "un bébé peut se réveiller pendant la sieste", "un bébé peut ne pas être coopératif pendant son bain" etc.

J'ai pensé que j'aurais dû m'enregistrer et me repasser mon premier entretien pour m'épargner le second, on change juste ma voix pour celle de cette maid.

 

On va me chercher une troisième maid, qui était au fond. Je torche l'entretien, parce que c'est juste le 8ème de la journée dans une troisième agence et il m'a fallu marcher sous un soleil de 30°C pendant 1h parce que je me suis planté de station de métro (ben ouai, faut savoir que Lorong 1 Toa Payoh se trouve à côté de la station Bradell, et pas de la station Toa Payoh, ça tombe sous le sens!  Comme ça je saurais que "Lorong" ça veut probablement dire "très loin" en Malais…

 

En plus, elles demandent toutes un salaire plus haut que celui qu'on s'est fixé. En fait, elles demandent toutes la même chose, agence par agence. Mais elles sont bien entendu libre de choisir, et oh non monsieur, on n'essaie pas du tout de les influencer voyons!

 

Bref, encore un dimanche bredouille.

 

Et voilà que 3 jours après, je reçois un coup de fil "Susanna accepte vos conditions" (comprendre: rémunération).

Aïe! Je ne sais plus qui est Susanna, ni qui est cette agence. Attends voir. En plus je suis au taf, là, et je ne me souviens pas avoir accroché aucun profil cette semaine.

"OK OK! Je vois ça et je vous rappelle" (pas que ça à foutre au boulot non plus...).

 

Susanna! Ah! La troisième maid que j'ai questionnée dans la troisième agence.

Je relis mes notes, plus maigres qu'à l'accoutumée, parce que j'ai torché l'entretien pour celle-là...

40ans, 2 employeurs à Singapour, a terminé ses contrats, s'est occupée de bébé en bas âge, ...

Ben merde! Mais elle répond à tous les critères qu'on s'était fixé en fait?? Mais pourquoi j'avais pas accroché alors?

Tentative désespérée de faire ressurgir de ma mémoire ce dernier entretien. J'ai une mémoire abominable, vous savez...

 

Aaaaah! Deux facteurs:

1 - Son Anglais est médiocre.

Disons qu'à ce stade, rien à foutre! Elle comprend ce qu'on lui demande, et on comprend ce qu'elle répond.

2 - C'était le dernier entretien de la journée, et il n'était même pas prévu. C'est fou ce que ça peut influer sur votre jugement.

 

Hmm... on peut avoir son employeur au tél? -Je vais voir! (dixit l'agence ; nous sommes mardi).

Mercredi: je rappelle. Je tombe sur un collègue de l'agent. Je lui explique. Elle part vérifier pendant que j'attends au tél (depuis le bureau, vous vous souvenez, j'ai pas que ça à foutre....). Elle revient: "je vous confirme que Susanna accepte votre offre!"

Super! C'était pas ma question, et je le savais déjà. Et puis en plus, comme je n'ai pas fait d'offre mais juste un entretien, c'est encore plus pertinent. C'est pas grave, j'adore attendre pour rien au téléphone.

 

D'une manière générale, c'est fou ce que les agences qui gèrent les maids ont du mal à répondre à des questions simples. Vous allez avoir soit pas de réponse, soit une réponse à une question que vous n'avez pas posée (et dont vous vous foutez), soit il va manquer des morceaux importants dans la réponse. Et c'est pas parce que la réponse est gênante, c'est juste une incapacité à répondre à une question simple! Faut insister lourdement.

 

Verdict? On vous rappellera! L'autre agent est occupée.

Ah...

 

Jeudi: et donc, vous me rappelez quand au juste? Ah, euh, ben on arrive pas à joindre son employeur en fait.

Ah (je le sens mal!!).

 

Vendredi: ils me rappellent, sans prévenir, toujours au taf, et là c'est "je vous mets en ligne avec l'employeur là maintenant tout de suite, c'est bon? on y va! -attendez j'ai pas..." le temps, mais trop tard, ça sonne chez l'employeur. Tant pis pour ma réunion à côté, qu'on en finisse!!

J'attends. J'attends. J'attends. C'est une belle longue sonnerie ça madame.

Quelqu'un décroche? Non, je suis revenu à l'agent. "Je comprends pas, ils décrochent pas! On peut faire ça plus tard? -Ben de toute façon vous allez avoir vachement du mal à le faire si l'employeur ne décroche pas, et oui, on peut faire ça plus tard, mais pas trop tard quand même hein! Depuis mardi qu'on est censé faire ça..."

Samedi, ils me rappellent: entretien dans 30min ok? Oui!!

30min plus tard, ma femme parle avec l'employeur. OUF!

 

Conclusion: elle est très bien, mais pas parfaite. Euh, s'il avait dit qu'elle était parfaite, j'aurais crié au fake!!

 

Dimanche. Cette fois, ma femme vient aussi, avec le bébé. C'est LE jour.

Dernier entretien avec une dernière candidate. 33ans, mère célibataire, son enfant a... 17ans!!! Son histoire: ben elle a fait une connerie étant jeune, et maintenant faut bosser pour envoyer le "petit" à la fac. Triste.

Expérience avec les enfants: ok. Présente bien, semble sympathique.

L'entretien se passe bien. Elle veut comme d'habitude un salaire plus haut que celui qu'elle a écrit dans sa bio à la case "salaire souhaité". On va quand même parler à ses employeurs. OK?

-Oui, je vais voir avec eux d'abord.

-Bien entendu!

Et elle s'est barrée de l'agence.

Les agents nous ont expliqué que pas de problème, on va l'avoir ce numéro des employeurs. On attend encore un peu. Enfin, une des agents vient nous chercher (on attendait devant l'agence, fallait que ça torche, là!):

"Elle nous a dit qu'elle veut un salaire de xxx. Et vous vous proposez yyy.". Super! C'était, pour changer, exactement la réponse à notre question "peut-on parler avec l'employeur?", et en plus, c'est une information vraiment nouvelle pour nous.

 

"Ah. OK. Bonne journée, au revoir!".

L'agent semble un peu surprise qu'on n'essaie même pas de négocier, mais au moment où elle nous a dit ça, on n'a pas eu besoin de se parler pour avoir pris notre décision définitive! C'est que y'a un moment où y'en a marre!

Là vous lisez l'article (trop long), mais faut savoir que ça nous a pris 2 mois en tout hein!

 

On va à l'autre agence, celle avec la maid qui "accepte notre offre qu'on lui avait pas encore vraiment faite".

Ma femme parle un peu avec elle: ça va, elles se comprennent. On peut vérifier quelques détails de plus.

C'est bon. La maid a même réussi à prendre le bébé à bras. Normalement elle ne laisse pas les inconnus la prendre à bras. C'est un bon signe. (Et rien à voir avec le fait qu'elle n'a pas réussi à faire sa sieste avant et qu'elle s'est effondrée 10min plus tard dans la poussette, na!).

 

On a signé!

 

OUF!

 

Après avoir remplir une tonne de papiers dans les meilleures conditions possibles: l'agent qui vous explique qu'elle remplira les détails elle-même, bébé qui ronchonne et Madame qui râle parce qu'il faut rentrer faire dormir bébé et que "qu'est-ce que c'est long!", nous pouvons enfin partir soulagés.

 

'a y est!!

L'agence nous avait dit qu'il faudrait entre 4 et 5 jours pour que le dossier passe au ministère du travail (le MOM, vous vous souvenez? j'ai parlé d'un de leur département dans un autre article!). Ça n'a pas raté: le vendredi, après que je rappelle pour avoir des nouvelles, on m'informe qu'elle arrivera l'après-midi, et que l'agence appellera ma femme avant (vu que je suis au boulot).

Ils l'appellent donc à 16h pour donner RdV quelque part entre 18h et 19h. Ma femme répond que vu qu'ils ne sont pas si loin et que le temps de trajet est tout de même prédictible, ils peuvent viser 18h30 et ne devraient pas trop se planter.

Et donc, il s'agit bien d'une agence: à 19h j'appelle pour savoir ce qu'ils foutent et "Votre femme nous a dit pas avant 18h30". Presque! Mais là il est quand même 19h... Ben oui, ils sont en route, donc tout va bien, non?

Elle arriva à 19h30 (Petite précision: il faut moins d'1h pour faire le trajet. Je le sais, je l'ai fait 2 fois déjà!)

 

C'est pas grave, pour maintenant, c'est un petit détail.

 

Nous avons une employée de maison depuis environ 24h, et pour l'instant, ça se passe bien. Je touche du bois!

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 01:49

Cet article va traiter des maids à Singapour!

 

Après cette intro très claire, allons dans l'ordre:

 

Qu'est-ce qu'une maid?

 

Tout simplement: une employée domestique. Oui, vous avez bien lu: une femme de ménage, si vous préférez, sauf que le ménage n'est bien souvent qu'une partie de ses activités. Elle mange chez son employeur, dort chez son employeur, bref, vit chez son employeur! Comme le disait un pote à Wuxi "comme une esclave à domicile, sauf qu'il faut la payer un peu de temps en temps.", d'où le titre de l'article.

Charles: tu n'auras aucun royalty vu que ce blog me rapporte que dalle!

 

Ses tâches les plus courantes sont donc:

- nettoyer l'appart/la maison (évidemment, mais ça va mieux en le disant)

- s'occuper des bébés/des enfants

- prendre soin d'une personne âgée

- faire la cuisine

Mais on trouve aussi:

- s'occuper des chiens/chats/lapins/autre truc vivant

- laver la voiture, cette dernière activité étant tout particulière: le travail se fait hors du domicile, et donc il faut bien se mettre d'accord avant avec la maid, sinon ça peut être illégal!

 

Les maids sont courantes à Singapour: 12% des foyers en emploient une. Ce phénomène n'est d'ailleurs pas spécifique à la cité-état: on trouve beaucoup de maid en Chine (oui, nous en avons employées nous-mêmes!), à Hong-Kong, Taiwan, mais aussi Dubaï et ailleurs! En fait c'est simple: il y a des maids partout où les écarts de revenus sont élevés et le salaire minimum très bas!

 

Une maid pourquoi faire?

 

Vous vous posez sûrement la question, vous, en France, qui vous démerdez sans maid, sans femme de ménage, bref: seuls! Mais il faut savoir que nombre de travailleurs dans les pays asiatiques vous envient, vous (enfin nous, sauf que je suis ici avec eux), les Français, et vos 35heures! (c'est là que vous décrochez parce que vous vous sentez agressés par mes propos ; il n'en est rien: si les syndicats ont réussi à négocier des accords pour fainéants, pourquoi ne pas en profiter? voilà, maintenant vous pouvez vous énerver pour de vrai)

 

La vie à Singapour est suffisamment chère pour encourager très fortement Monsieur ET Madame à travailler. Sauf que les 35 heures, ici, vous pouvez oublier! On va plutôt taper dans les 45h pour une petite semaine, et les Singapouriens sont réputés pour ne pas compter les heures supplémentaires. C'est d'ailleurs également un phénomène courant en Asie: faire beaucoup d'heures supplémentaires, c'est bien vu. À tel point qu'ils ne font plus d'heures sups pour finir le boulot, mais parce que "rester longtemps au bureau est un gage de sérieux! c'est bien!". Je ne ferai pas de commentaire désobligeant sur nombre de Chinois que j'ai vus dans ma précédente boîte dont les heures supplémentaires n'augmentent leur productivité que sur Farmville, vous avez compris l'idée.

 

Du coup il devient beaucoup plus compliqué de gérer le ménage, les courses, la cuisine et surtout les enfants quand Papa et Maman s'en vont le matin avant 8h et reviennent le soir après 20h!

 

Ça, c'est la théorie. La pratique, c'est: on prend une maid parce que c'est pratique et qu'on peut se le permettre! Ce ne sont pas les plus pauvres qui le font, et une autre grande coutume asiatique, c'est de vivre avec les grands-parents, qui du coup s'occupent des enfants et de beaucoup de choses.

 

En ce qui nous concerne, le problème est le suivant: Les crèches pratiquent des tarifs très différents pour les locaux et les étrangers. J'oublie de préciser que bien que mon épouse ne travaille pas au moment où j'écris ces lignes, on ne peut pas dire qu'elle soit totalement épanouie dans le rôle de femme au foyer. Il va donc falloir trouver comment faire quand elle travaillera! Employer une maid qui s'occupe de la maison, du bébé etc. nous reviendrait moins cher que de juste placer bébé à la crèche!! Et en plus on élimine les problèmes de "faut aller chercher bébé avant n heure et moi je suis en réunion... ah? toi aussi?". Ceci dit, il n'est absolument pas certain qu'on adopte cette solution (voir plus bas...).

 

Mais qui voudrait bien d'un emploi pareil??

 

Habiter chez son patron, ça veut dire être sous surveillance permanente, ne jamais être complètement "au repos", impossibilité de recevoir, et autres joyeusetés. Ceci sans parler du fait que le ménage, la cuisine, s'occuper du bébé de quelqu'un d'autre (et forcément on lui demande plus souvent de changer la couche que jouer avec ou lui apprendre à parler...), ce ne sont pas des tâches très enthousiasmantes. Les Singapouriens ont déjà des soucis de mains d'œuvre pour les travaux les plus chiants (d'où la proportion de travailleurs étrangers ici, ce ne sont pas que des gens qualifiés qu'on ne trouve pas sur place) tels que ouvriers BTP, chauffeur de bus, caissier de supermarché, on imagine facilement que maid, ça ne va pas les brancher plus... Ce sont donc quasi-exclusivement des travailleuses étrangères.

 

Les origines "poppulaires" des maids sont: les Philippines, l'Indonésie, la Birmanie, l'Inde (pour les Indiens qui veulent quelqu'un qui partage leur culture, y compris alimentaire), et autres pays très riches de la région, on l'aura compris. Les plus chères viennent de Philippines, elles sont privilégiées pour leur niveau d'Anglais souvent "meilleur". En effet, certaines Indonésiennes débarquent en sachant vaguement dire "Bonjour", alors ne vous attendez pas à ce qu'elles comprennent "veuillez déplacer le canapé pour passer l'aspirateur en-dessous".

 

En Chine, la maid est typiquement une travailleuse pauvre qu'on fait venir de la province d'origine de son employeur et qu'on trouve à travers un jeu de relations (pour pouvoir la retrouver en cas de problèmes!).

 

Bien régulé, Singapour

 

Contrairement à la Chine où on ne fait même pas de contrat, Singapour a une législation dédiée aux maids! Elles viennent donc avec un statut particulier "FDW": Foreign Domestic Worker. Le contrat doit comporter des clauses légales (ou ces clauses sont considérées implicites, de toute façon, c'est la Loi!).

 

Combien coûte une maid? Et bien son salaire, ensuite des impôts (lourds!), pour changer plus élevés pour les étrangers que les locaux, ensuite une assurance médicale minimale pour la maid, sans compter qu'il faut bien entendu la loger, la nourrir, et lui octroyer des avantages considérés comme courant ici: 1 voyage gratuit par an pour retourner au pays, des affaires de toilette, bonus annuel, etc. Bref, vous êtes un employeur comme un autre!

 

On conseille de compter un budget total de 1000SGD/mois pour une maid pas trop expérimentée, tout compris (bonus annuel aussi). Sur ces 1000SGD, le salaire lui-même est situé entre 400 et 500SGD. 1000SGD, ça fait environ 550€. Certaines sont à Singapour depuis 10ans, n'ont plus besoin d'aucune "structure" d'aide, et demandent des salaires très élevés. Mais dans la très très grande majorité des cas, la maid est liée à une agence spécialisée.

 

Il en existe beaucoup ici. Donc, l'agence recrute la maid dans son pays d'origine. L'agence forme la maid, et ceci est considéré comme un prêt que la maid devra rembourser! Ses premiers mois de salaires partent donc à la trappe. Ensuite, l'employeur contacte l'agence, et embauche la maid à travers l'agence. Une pratique courante consiste à payer l'agence, qui s'occupe alors du salaire, de l'assurance-médicale, de l'administration, etc. Ils gèrent aussi les conflits potentiels. Abordons donc le sujet...

 

Soucis avec les maids

 

Il est difficile de trouver de bons employés. C'est vrai partout. Mais certains ont un pouvoir de nuisance supérieur à d'autres... Alors quelqu'un qui habite chez vous, et peut-être a la garde des enfants en journée, vous pouvez imaginer les dégâts possibles. On trouve d'innombrables anecdotes sur les maids.

 

Les plus courantes sont "la maid ne s'occupe de rien et passe sa vie sur son téléphone portable dont l'usage est d'ailleurs explicitement interdit pendant son temps de travail", avec la fameuse image de la maid philippine, qui a le portable entre l'épaule et l'oreille, un bébé qui hurle dans le bras gauche, un balais dans le bras droit et qui fait le sol (enfin, le balais bouge, quoi). Nous avons pu nous-mêmes déjà voir que les maids qui s'occupent des personnes âgées s'occupent surtout de leur téléphone tout en vérifiant que grand-mère n'est pas morte de temps en temps. M'enfin, le patron est loin...

 

N'oublions pas non plus les grands classiques:

- La maid qui se barre avec les objets de valeurs

- La maid qui trouve un "petit ami" sur place, et qui lui ouvre la porte quand vous n'êtes pas là (et c'est lui qui vous vide l'appart) ou commence à disparaître la nuit

- La maid qui pense que votre enfant sera plus sage après une bonne baffe dans la gu... ou qui estime que laisser pleurer le bébé toute la journée en l'ignorant complètement est bon pour qu'il se forge une personalité indépendante

 

Et ça, c'est pour les maids "maléfiques". Que faire d'elles?

 

Et bien vous avez le droit de les ramener à l'agence et exiger une nouvelle maid.

 

C'est souvent à ce moment qu'on découvre si l'agence est correcte ou à chier. Il y a beaucoup d'agences à problèmes à Singapour: "oui, vous pouvez ramener la maid et en changer" (ça c'est avant que vous ayez signé pour un an avec eux), "mais c'est la meilleure que nous ayions, aucune autre disponible en ce moment --bon, à part les 4 qui attendent sur les chaises, là, mais je les garde pour les nouveaux clients-- blablabla" (ça c'est quand vous en avez marre que votre maid dévalise votre frigo pour refiler/vendre son contenu à son "petit ami" en votre absence).

 

Autre solution extrême: vous dénoncez la maid au ministère du travail, vous lui payez le retour: direct au pays, aucune possibilité d'être ré-embauchée, et interdiction de revenir à Singapour. C'est assez radical, et ça donne un certain pouvoir à l'employeur... Enfin, ce serait vrai s'il n'était pas tellement simple de faire des faux-passeports dans les pays d'origine: la maid reviendra sous un autre nom va...

 

Parmi les pratiques courantes qui assurent un minimum de sécurité:

- L'employeur garde précieusement le passeport de la maid avec lui

- Elle est enfermée dans l'appartement, elle n'en a pas la clé et ne peut donc pas sortir! (un peu extrême, mais ça évite aussi qu'elle laisse d'autres personnes entrer!)

- Des caméras sont installées partout dans l'appartement

- Ou plus simplement, on envoie la maid et les enfants "ailleurs" (dans la famille, chez une mère au foyer, n'importe, tant que tout est sous surveillance!).

 

Et comme je disais, ça c'est pour les maids "maléfiques". Pour les autres, vous avez le choc culturel... On se doute que si elles avaient fait de longues études, elles ne seraient pas là. Encore que dans la liste des blagues "ça fait trop longtemps que tu es en Chine quand tu:", il y a le: "paies 10cents de l'heure une dame pour repasser tes chemises, elle parle 5 langues couramment et a un doctorat en Physique Nucléaire, mais c'est normal parce qu'elle vient des Philippines". On trouve donc des maids avec des diplômes universitaires!!

Mais revenons au choc culturel: Elles peuvent venir de la campagne, où elles n'avaient pas l'eau courante, et je ne parle pas des appareils électriques. Donc elle n'a pas la notion du robinet ouvert et surtout à fermer après utilisation. Elle ne sait pas se servir ne serait-ce que d'un micro-ondes, et elle n'a jamais habité dans un bâtiment à 2 étages et donc aucune notion de sécurité. Plus amusant encore: elle n'a jamais eu ni vu le gaz à la maison. Ça promet de bonnes tranches de rigolade:

"J'ai soufflé sur le feu pour l'éteindre au lieu de tourner le bouton.

- Tu veux dire que le gaz est resté ouvert tout la soirée et toute la nuit?

- Je vais voir dans la cuisine!

- Allume pas la lumière en entrant. HA! HA! HA!"

 

Il existe des formations pour les employeurs, formation que j'ai moi-même dû suivre. Bon, c'est tranquille le niveau hein! ne cognez pas sur votre maid, tout ça ; mais aussi: faisez gaffe à qu'elle se penche pas vachement loin en équilibre par la fenêtre depuis le 22ème étage, parce que ce contrairement à chez elle, si elle tombe, ce sera de plus de 2m de haut! Vos standards de propreté pourraient également bien être très très éloignés des siens. Aussi est-il conseillé de passer le temps nécessaire à la formation et à l'entraînement de la maid durant les premiers mois, même si l'agence est censé les avoir formées (on se doute qu'ils n'ont pas mis "le paquet" sur la formation, probablement plus sur son coût estimé...)

 

Ceci dit, cette formation pour les employeurs était devenue indispensable en raison de certaines dérives...

 

Soucis avec les employeurs

 

Certains Singapouriens ont semble-t-il quelque peu oublié que l'époque de l'esclavagisme et du droit de vie et de mort sur autrui est révolue depuis longtemps. On trouve autant d'histoires sur les mauvaises maids que sur les employeurs. Certaines maids sont mortes de mauvais traitements! D'autres se sont suicidées, ou on chuté du xème étage parce qu'elles étaient, sur ordre de l'employeur, en équilibre précaire dehors pour nettoyer le coin de la fenêtre avec une petite éponge usée.

 

Certains employeurs trouvent aussi légitime de torturer leurs maids pour les "éduquer". On a donc le cas de cette dame, titulaire d'un MBA (c'est précisé dans l'histoire, pour dire qu'elle est censée avoir un certain niveau d'éducation, je suppose? bref!), qui griffait litéralement sa maid chaque fois qu'elle faisait quelquechose d'"inapproprié". Apparemment elle ne faisait pas grand chose d'approprié aux yeux de son employeur...

 

Pour d'autres, il "suffit" de mettre des malus sur son salaire quand elle ne travaille pas bien. Elle travaille donc presque gratuitement.

 

On admet difficilement aussi qu'une maid est censée manger à sa faim (et puis quoi encore??) et autre chose q'un régime 100% riz vapeur et eau (ces jeunes ont des goûts de luxe!! de mon temps c'tait pas comme ça!)

 

La loi punit évidemment les mauvais patrons, mais bon, hein! Il n'y a toujours aucune loi sur les jours de repos.

Certaines maids ont donc 0 jour de repos par an. Beaucoup d'employeurs pensent que 1 jour par mois c'est très raisonnable, et de toute façon les maids font rien qu'à faire des conneries quand on les laisse dehors. C'est vrai que l'employeur est responsable de ce qui arrive à sa maid 24h/24, y compris pendant ses congés. Et comme cité plus haut, c'est vrai aussi que certaines font des conneries dehors. On peut cependant légitimement se demander si elles ont une vie épanouie en habitant chez leur patron 24h/24, et 365j/365, sans repos, quasi sans contact avec le monde extérieur, etc.

 

Le logement a dû être légiféré: la maid a maintenant droit à un vrai matelas et peut exiger un minimum d'intimité. Avant, la faire dormir dans la baignoire, ou par terre dans le salon, c'était possible...

 

D'ailleurs, à HK, il parait que ça se fait encore. Logement cher oblige, il est difficile d'avoir une vraie chambre pour la maid. Il existe par contre dans nombre d'appartements des sortes de grands placards où on peut rentrer un matelas et une petite commode avec un chausse-pied. Un ventilateur suffira pour la nuit (il n'y a pas de fenêtre). Ceci est le logement normal d'une maid à Singapour!

 

Enfin, il se pourrait que les maids aient plus d'ennuis avec Madame qu'avec Monsieur... à moins que ce soit Madame qui a plus d'ennui avec la maid ET Monsieur?

 

Soucis avec la maid et Monsieur...

 

Je ne sais pas si c'est vrai ni comment ça a été obtenu, mais j'ai lu une stat, c'est tout simplement énorme: 45% des expatriés (et non pas des expatriéEs) qui ont une maid ont couché avec elle!

 

Bravo, les gars!

 

Il faut dire que: Quand je regarde les maids sur internet, il y a un certain nombre de critères de choix. Je coche généralement "a déjà des enfants" pour l'expérience, et des trucs qui laisseraient penser qu'elle a de la famille au pays (pour la motivation). En changeant un peu les critères, vous pouvez chercher une maid de moins de 25ans célibataire (ou pas?) et sans enfant. Le site montre une photo type photo d'identité des maids. Mais il indique également leur taille et leur poids.

 

Ces deux critères me semblent effectivement indispensables pour évaluer sa capacité à repasser mes chemises. Faut savoir ce qu'on cherche... Pour d'autres, je suppose que certaines maids supposent que leurs conditions de travail s'amélioreront largement en mettant Monsieur dans leur lit (ou plutôt elles dans celui de Monsieur), et la chasse est alors ouverte.

 

J'ai lu une autre anecdote sur le sujet: Un couple d'Australiens doit partir pour Singapour. Monsieur arrive d'abord. Appart payé par la boite, tout ça. Monsieur embauche une maid qui s'occupera du ménage, et Madame aura une vie de Reine. C'est tout-à-fait ça: cocue comme toute Reine qui se respecte, Madame fera interrompre la mission de Monsieur en arrivant et constatant que la maid a du mal à se mettre dans son rôle de maid mais se sent très bien dans celui de Madame. Moins de 3 semaines après l'arrivée: tout le monde rentre à la maison!

 

C'est donc en toute naïveté que je me suis dit que ce CV de maid Philippine de 23ans, 1m60, 46kg, célibataire toute mignonne sur la photo et sans aucune expérience professionnelle correspondait parfaitement à ce que nous cherchions.

Malheureusement ma femme voudrait plutôt la recommander à mes potes célibataires. Je ne comprends pas!

 

Et voilà

 

Ces derniers mots ont achever des rendre paranoïaques mes lectrices mariées à un expat. Mais rassurons-les: c'est à peine un homme sur deux, et ça n'inclue pas ceux qui couchent avec les secrétaires, assistantes, autres collègues, filles trouvées dans un bar quelconque...

 

Et puis, quand votre mari aurait-il le temps d'aller voir ailleurs? Il a des réunions au bureau qui n'en finissent plus régulièrement jusque 4/5h du matin, et en rentrant il est tellement fatigué qu'il titube, ne sait plus parler, et a la braguette grande ouverte.

 

Non vraiment pas de quoi s'affoler. Le prochain article sera donc dédié à la paix dans les ménages et aux procédures de divorce depuis l'étranger.

Naaaaan! J'déconne! Je laisse le thème à une femme d'expat...

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 18:17

Suite de l'article sur les aventures de Matthieu à l'ESPC

À l'EPSC

Cette fois, tout est prêt! J'ai même des trucs non nécessaires, tels que photocopies supplémentaires de mon passeport, ma carte d'identité française (totalement inutile, mais là je préférais en faire trop que pas assez), etc.

Je retourne à l'EPSC, en passant par "Orientation" où une dame fort aimable également tente de comprendre pourquoi je ne suis pas venu chercher la lettre "apportée en urgence" la semaine dernière...

On vérifie vite fait mes papiers à l'accueil (non, pas la même assistante, elle aurait fui en courant en me voyant...)

Au bureau du MOM, on confirme sur une borne qu'on a bien RdV ce jour à cette heure, et on presse un bouton pour signaler qu'on est là.
J'étais là-bas avec 1h d'avance (vous vous souvenez, "mieux vaut trop que pas assez", j'avais prévu une "marge de galère").
Elle presse le bouton. Je commence à marcher vers les sièges d'attente (petites tables rondes avec fauteuils autour, des sièges d'attente qui pètent!!) quand l'assistante me lance derrière moi: non non, c'est votre tour maintenant, dirigez-vous vers n'importe quel guichet!

 

N'importe quel guichet??
Je regarde les écrans au-dessus des guichets: mon nom y figure bien, partout. Je m'approche d'un guichet. Oui, je suis Matthieu: pof, un bouton pressé, et les autres guichets savent maintenant que je ne suis plus en attente, ils passent à quelqu'un d'autre.

Je présente tous mes papiers, photos, il y a une prise d'empreintes digitales à faire. Rien de méchant, c'est tout électronique, on n'a même pas d'encre sur les doigts à la fin!

La dame au guichet, souriante et agréable, vérifie mes papiers, me fait un peu de conversation vite fait (ça suprend toujours les gens de voir que "je suis Français, je viens de passer 5 ans en Chine et mon épouse est Chinoise").

Et voilà, c'est fait.

Je paie? Non, l'agence a déjà réglé les frais en avance.
Ah bon.

La carte sera prête dans 4 jours.

Et pour récupérer la carte: j'ai signé une dérogation, l'agence viendra la rechercher, je n'ai pas à le faire en personne. Ils prendront mon passeport, des papiers, viendront récupérer la carte, et me rendront le tout le jour même, au bureau.

C'est-y pas bô?

Effectivement, 3 jours après, l'agence m'appelle pour que je laisse mon passeport à l'accueil du bureau avec les papiers, et 4 jours après (au total hein!) je récupère le tout ainsi que la carte. (Pourquoi 4 jours: parce qu'entre temps je vais chez le fournisseur, et j'étais pas là l'après-midi, une autre longue histoire, ça...)

Et pour ma femme et ma fille?

Et pour ma femme et ma fille?

Rappel: au moment des faits ci-dessus, elles sont encore en Chine (et je ne me suis pas encore énervé sur l'appart...).

En passant, détail: il faut absolument une adresse officielle pour le MOM. On peut, pour mon cas, mettre l'adresse de l'entreprise, même pour ma femme et ma fille.

Quand j'ai pris l'appart ensuite, j'ai changé d'adresse. Il m'a suffit de demander un accès internet, le "SingPass", qui est un moyen d'authentification administratif local, et ensuite j'ai pu changer d'adresse en ligne pour toute la famille. Une procédure très lourde qui m'a pris ouh lààà... 5min au moins!

Revenons à leur cas.

Ce coup-ci, on ne me refait pas le coup de la lettre: je la demande bien à l'agence (qui vérifie aussi que tout est sous contrôle: RdV pris par eux et personne d'autre, confirmation auprès de moi que je suis ok pour le RdV, ils m'envoient les lettres de notification et m'appellent pour vérifier que je les ai bien reçues, etc.).

Nous partons donc en famille pour l'EPSC. En principe, elles n'ont pas besoin de moi. En pratique, ma femme seule avec un bébé dans une ville inconnue qui doit traverser la ville parce qu'on habite loin, venir faire une procédure qu'elle ne comprend pas et qui repose sur le fait qu'elle arrivent avec moi... j'ai préféré y aller aussi, pour être sûr qu'elles n'auraient pas de souci, et pour aider ma femme à gérer le bébé.


J'avais pris mes photos d'identité dans un photomaton. Pour elles, on a pris le photographe, porte à côté de celle du MOM. On s'est dit qu'ils feraient du meilleur boulot, surtout pour le bébé.
Ma femme a donc sur sa carte Dependant Pass une allure de reprise de justice, et le bébé est au bord des larmes. Parfait quoi...

Ensuite, et bien pareil que pour moi: on vérifie les papiers à l'entrée, on confirme le RdV, 0 temps d'attente: on va directement au guichet.

Comme le bébé semble "s'impatienter bruyamment", ma femme l'éloigne un peu, et je demande au guichet si c'est un problème:
Pas du tout, faison les choses de façon organisée: ma femme ressemble à sa photo, le bébé aussi, on prend les empreintes digitales de ma femme en premier, et sa signature. c'est fait... Voilà! On n'a plus besoin d'elles. Je peux finir tout seul! Le tout avec le sourire et encore une fois, un peu de conversation par curiosité ("votre épouse parle Français!!" et oui "et vous, vous parlez Chinois comme elle parle Français?" euh... fait beau aujourd'hui, non?)

Les petits détails du service au top, c'est ça. Des gens souriants, aimables, et serviables: ma femme a demandé un endroit pour pouvoir allaiter un peu tranquillement, ils lui ont trouvé en 10secs.

Encore une fois, l'agence avait réglé les frais, et ce coup-ci, c'est moi qui viendrai chercher les cartes. Elles se récupèrent au bureau d'à côté. Toujours pas besoin de la présence des filles, elles pourront rester à la maison.

Quatre jours plus tard, je viens chercher les cartes. C'est moins drôle: c'est pas sur RdV, il faut faire la queue, et j'ai bien attendu 5min avant d'arriver au bout. Un vrai scandale.

J'ai récupéré leurs cartes sans problème, et voilà!

Conclusion

- le service a été irréprochable
- on s'occupe de vous pour de vrai
- les employés sont souriants et polis
- c'est rapide et très bien organisé

La carte EP/DP est la première chose que vous gérerez avec l'administration locale, et visiblement, il leur tient à coeur de fournir une très bonne impression.
C'est réussi!

Donc voilà, je voulais rendre un petit hommage à cette administration bien huilée qui fait plaisir et dont on serait bien inspirés de s'en inspirer!

Prochain article, ben comme d'hab, plus tard sur un sujet que je n'ai pas encore choisi. En gros vous ne le saurez pas avant qu'il sorte!

 

EDIT: En fait, il est presque prêt. J'avais un peu de temps ce soir. Donc prochain article certainement demain!

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 18:15

Parce qu'il faut également dire ce qui va bien, sinon on ne trouve que des râleurs sur internet, voici un petit article sur le MOM.

 

Non, il ne s'agit pas de sarcasme. Les petits tracas mentionnés dans le titre ne sauraient leur être attribués.

 

Mais qu'est-ce donc? Non, ce n'est pas ma mère en Anglais. Je pourrais faire un article en hommage à ma mère, mais le problème c'est qu'il serait public et je crois bien que ça vous regarde pas ce que je dis à ma momon!!

(Note: Maman: Je t'aime!!)

 

Donc, le MOM, c'est le Ministry Of Manpower. Ministre du travail, ou des travailleurs, ou département RH public géant, ou je ne sais comment expliquer ce que c'est, voilà!!

En particulier, nous allons parler de l'EPSC, qui dépend du MOM.

Non, je n'ai pas dit épicerie, j'ai dit EPSC! Employment Pass Services Center!

 

Toujours est-il que... reprenons le contexte:

 

Nos Visa à Singapour

À Singapour, je n'ai pas de Visa sur mon passeport. Non. J'ai bien le tampon "ch'uis entré", mais pas de Visa à coller sur une page blanche, de préférence en sautant une page, pour mettre le suivant renouvelé sur la page précédente, comme ça se fait en Chine, histoire que personne ne retrouve jamais le Visa en cours (mais si, M l'agent à la frontière: le visa 2010 est juste après le visa 2008, et juste avant le visa 2009, ça tombe sous le sens!!).

 

À la place, vous avez une carte! Une vraie carte format carte de crédit, un peu plus épaisse, rigide et tout, genre ça:

 

Alors, comment ça marche (en simplifié parce que je connais pas bien le système):

Moi, j'ai un Visa de mec bien qualifié qui vient travailler. J'ai donc un "Employment Pass". J'ai le permis de travail, tout ça. Il y a plusieurs catégories d'EP, la RH se démerde avec (ce qui est d'autant plus facile pour elle qu'elle est en Malaysie, on n'a pas de RH à Singapour dans notre boite!).

 

Ma femme et le bébé ont un "Dependant Pass", elles sont là un peu comme le regroupement familial, si vous préférez.

 

Bon, voilà pour notre cas. Pour le reste, vous verrez ailleurs hein!!

 

Comment ça marche?

Et bien après avoir rempli un tas de dossier quand j'étais en Chine (dans lesquels je dois tout de même préciser le diplôme de ma femme!! et ouai, ils savent que si je viens elle aussi, et ils veulent savoir à qui ils auraient à faire?!), on peut soumettre mon dossier.

Bon, je ne dirai rien sur les critères (effectivement, regarder les antécédents de ma femme pour savoir si j'ai le droit de travailler là-bas... bon après tout, c'est bien nous qui envoyons le dossier et par le gouvernement qui nous supplie de venir ; qu'ils fassent comme ils l'entendent chez eux!). Cet article parlera du bureau du MOM un peu plus bas.

 

Je reçois donc par email, ensuite, une "IPA": "In Principle Approval letter". Cette lettre résume le dossier, comporte un numéro, et dis en gros, que mon dossier est, comme son nom l'indique, accepté sur le principe. Cool!

 

Alors, à savoir:

En tant que Français, nous n'avons pas besoin de Visa pour aller à Singapour. Mais sans Visa, nous sommes tenus de rester moins de... zut! me rappelle plus!! 3 mois?? Bref!

Sans Visa, vous devez pouvoir présenter une preuve d'achat de votre billet d'avion retour pour passer la frontière! Et ouai, ils plaisantent pas non plus!

 

Alors sans souci?

Et bien presque! Parce que donc, comme je le disais, nous n'avons pas de RH à Singapour, et c'est donc une agence extérieure qui s'occupait de mon cas.

Et parfois, nous avons eu des couacs de communication. Par exemple, bien que leur ayant dit que mon accès internet était de plus en plus réduit (entre le bébé, les cartons, et bien sûr l'ordi dans le carton, c'est devenu difficile à la fin), je n'ai appris le coup du "billet d'avion obligatoire sans Visa" qu'en consultat mes mails vite fait à l'aéroport avant d'embarquer.

Et c'est bien sûr ce même mail qui contenait la fameuse IPA letter dont je ne soupçonnais pas l'existence avant. Oui, tout ça le jour du départ, à l'aéroport, cool!

 

J'ai pris un vol indirect: Shanghai-Xiamen (Xiamen est en face de Taiwan, si vous lisez ce blog, vous savez que j'y suis passé parce que vous relisez systématiquement tous les articles depuis ouh lààà 2008??) puis Xiamen-Singapour.

Et bien figurez-vous qu'il n'y a pas une seule imprimante en libre service, grauite ou payante, à l'aéroport de Xiamen.

 

Des imprimantes, il y en a. Mais imprimer votre truc à vous, ah non, pas possible.

Et donc, après avoir fait chier tout le personnel de l'aéroport (simple: j'ai fait le comptoir "service Business", qui se résume à un photocopieur et un fax, j'ai fait celui de la compagnie aérienne "ah non on peut pas imprimer autre chose que les trucs du logiciel de l'ordinateur", puis celui de tous les comptoirs où je voyais une imprimante. J'ai même été voir le bureau de police, mais rien non plus).

 

Finalement, c'est vraiment à la dernière minute que j'ai trouvé:

À côté de l'enregistrement des bagages, bureau "privé" de la compagnie aérienne, normalement interdit au public. Ils ont une imprimante... matricielle. Vous savez, le truc antédiluvien avec des rouleaux de feuille à trous.

Bon bon, imprimons.

 

Ah, bonne blague: plus de batterie sur l'ordi portable, pas de clé USB. J'ai dû utiliser leur accès internet. Ah, il est limité leur accès internet, normalement on ne peut pas faire ses mails Google dessus.

Après moultes bricolages techniques qui auraient horrifié leur admin système s'il l'avait su, j'ai réussi à imprimer ma lettre! Sur un magnifique papier rouleau à trous sur les côtés et en deux couches parce que c'est pas censé être pour ses lettres, ce truc, mais plus genre facture avec chacun sa version...

 

Et nous voilà serein, dans l'avion, avec le précieux sésame sur le papier le plus pourri que j'aurais pu imaginer. D'ailleurs l'agent à la frontière a eu un mal de chien à lire les numéros, mais l'important c'est que j'aie le papier non?

 

Je regrette de ne pas l'avoir photographié avant de le jeter, pour le blog, quoi!

 

Je passe donc sans billet retour! Chose faite!

 

Une fois sur place

Vous avez quelques jours (15? je sais plus trop...) pendant lesquels vous pouvez vous promener avec votre passeport et votre lettre IPAs sans carte. Ensuite, il faut aller à l'EPSC pour demander et rechercher votre carte. Ce bureau du MOM est 4ème étage d'un immeuble en centre-ville.

Pour ceci, il vous faut encore tout un tas de paperasse, incluant une lettre de notification pour le rendez-vous à l'EPSC.


Quand je suis arrivé au boulot, ça a été un peu confus. Je sais que dès le premier jour, quelqu'un m'a appelé pour prendre RdV pour moi (on peut faire ça en ligne!).

Problème: après coup, il s'avère que cette personne, dont je n'ai pas saisi le nom, ne travaille pas pour l'agence qui s'occupe de moi.
Je suis donc arrivé à l'EPSC sans la lettre de notification, et sans connaître son existence!

Là ça a été un joyeux bordel.
A l'entrée, des assistant(e)s vous aident à confirmer votre RdV et vérifier que vos papiers sont prêts, pour gagner du temps. Une charmante petite assistante s'est penchée sur mon cas. Elle a beaucoup souffert.

 

Mais que-donc lui ai-je fait??

 

1. Il me manque la lettre de notification. J'appelle l'agence: ah oui... Mais la dame qui s'occupe de moi n'est pas là pour l'instant. Par contre on peut...
Pouf mon téléphone s'éteint. Euh?!

2.L'assistante me prête le sien. Ah mais le numéro de l'agence est... dans mon téléphone.
On recherche donc cette agence sur internet (toujours avec l'assistante). On finit par trouver. Hop, je rappelle. L'agence ne répond plus.
Euh, on fait quoi maintenant??
Je trouve une prise pour recharger mon tél, mais c'est suspect: la batterie ne devrait pas être vide!

3.Je rappelle une énième fois l'agence. C'est bon! J'ai la bonne personne! Ils m'apportent la lettre!
Je dois aller la récupérer dans un magasin au 1er niveau qui s'appelle "Orient..." pouf! Mon téléphone s'éteint pour la dernière fois. Plus possible de le recharger.
Qu'à celà ne tienne. Je remercie l'assistante et m'excuse bien bas pour l'avoir retenue sur mon cas si longtemps.

Faut dire qu'elle a géré: en plus de mon dossier bordélique, elle a continué à accueillir d'autres gens, intercepté une dame qui s'apprêtait à allaiter au milieu de la salle d'accueil, lui a trouvé un coin tranquille, est revenue intercepter un monsieur parti directement en salle d'attente sans rien vérifier/confirmer (voir plus bas). Bref, elle n'a pas chômé. Par contre, toujours désespérée de venir me revoir et d'apprendre que "hum... si ça s'arrange? ben je ne sais pas trop..."
Elle m'informe tout de même que même si j'ai raté l'heure du RdV, je peux revenir jusque 17h, et suivant l'occupation des guichets, il y a de bonnes chances que je puisse passer quand même.

4. Je vais au 1er étage, et m'enquiert autour de moi d'un magasin "Orient"-quelque chose. Un gardien finit par trouver de quoi il s'agit, fier de lui:
"Oriental Paintings"
C'est un magasin de peinture traditionnelles chinoises.

Bon, les tableaux sont beaux, le vieux monsieur à l'intérieur très agréable, mais de toute évidence, je ne vais pas récupérer ma lettre de notification du MOM ici...

Agacé, je repars pour le bureau (il m'a fallu à peine une heure pour venir jusqu'ici, et il m'en faudra autant pour repartir!).

Mais qu'est-ce donc faisons-nous donc?

 

J'appelle l'agence depuis le bureau. Quiproco: eux n'ont su pour mon RdV que ce matin. C'est pourquoi ils ne m'ont rien dit et n'ont pas prévu la lettre.
Bon, ok. Disons que quelque chose a foiré quelque part. Mais tout de même: s'ils n'étaient pas au courant pour le RdV, quand comptaient-ils s'y mettre? Hmm...

Et pour "Oriental Painting"? Ah ben en fait, par "1er niveau", elle n'entendait pas "niveau 1", mais "niveau le plus bas". Et il y a un niveau qui s'appelle "B" (Basement, sous-sol si vous préférez, mais qui donne sur la rue... enfin sur les quais, mais c'est pas la question).
Et à ce niveau, il y a effectivement un autre magasin qui s'appelle "Orientation", qui est plus axé sur le tourisme, et dont la gérante connait bien l'agence.

Bon, la lettre est là-bas, je leur ordonne de l'y laisser, comme ça on sait tous où elle est, plus de souci.

Et on reprend un nouveau RdV.

 

La suite dans la partie 2, séparée parce que même Over-blog trouve que  mes articles sont trop longs...

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Liens